Accéder au contenu

    HighwayToACDC.com

       le forum de la communauté francophone AC/DC

Rush

Vous n'écoutez pas qu'AC/DC dans la vie ! Alors venez discuter de vos autres groupes favoris ici !
Avatar de l’utilisateur
Badboy
 
Messages: 918
Inscrit le: 12 Août 2008, 21:44
Localisation: IdF

Rush

Messagepar Badboy » 18 Mai 2011, 17:43

Je comble une lacune que je trouve préjudiciable à cette déjà belle liste.

RUSH est un trio canadien s'est formé en 1968, son actuel batteur les ayant rejoint en 1974. Il fait partie de légendes du metal progressif, sinon du rock tout court. Ils sont en tournée mondiale actuellement. Dix neuf opus en studio illustrent le talent immense de ces trois multi-instrumentistes ! Leurs nombreux dvd de concerts pourront achever de vous convaincre de ce fait, mais je vous conseillerais peut-être d'aborder leur histoire par le dvd "Beyond The Lighted Stage" sorti récemment ; c'est un documentaire qui retrace leur longue complicité.

J'espère que je ne suis pas le seul ancien à apprécier ce groupe ici. En tous cas dans sept jours je serai à Londres (arena O²) pour les admirer une nouvelle fois. Je les ai vus à Londres (Wembley) en 1988 puis à Paris (Zénith) en 1992 ; ils sont récalcitrants à passer chez nous. :( C'est triste mais c'est ainsi. Nos voisins allemands et anglais leur ayant témoigné dés le début leur intérêt, ils sont privilégiés à chaque tournée mondiale.
"l’appétit vient en mangeant, la soif disparaît en buvant" - François Rabelais (un bien brave homme)
J'y étais : mon blog ;)

Avatar de l’utilisateur
BéGé
 
Messages: 523
Inscrit le: 14 Oct 2007, 18:25
Localisation: Lille

Re: RUSH

Messagepar BéGé » 18 Mai 2011, 18:00

"Tournée Mondiale" c'est vite dit. Rush est plutôt un groupe qui tourne beaucoup aux USA et Canada et qui fait de brefs passages en Europe et autres continents.

Sinon oui, et OUI, je fais partie des fans de ce groupe légendaire, même si les albums post '82 je n'y adhère pas du tout. Les premiers albums sont énormes, du Hard bien Seventies avec une bonne touche de Progressif. Le titre 2112 est extraordinaire, 20 minutes de plaisir et l'album est incontournable, tout comme Permanent Waves et Moving Picture, ces deux albums sont un très bon compromis entre des pièces très progressives (natural science, camera eye) et des titres plus classiques 'Hard Rock' (spirit of radio, limelight, entre nous).

Avatar de l’utilisateur
Badboy
 
Messages: 918
Inscrit le: 12 Août 2008, 21:44
Localisation: IdF

Re: Rush

Messagepar Badboy » 18 Mai 2011, 20:48

"Moving Picture" qui vient de faire l'objet d'une édition DeLuxe est mon album favori. En second je placerais "Hemisphere" ... ex-equo avec tous les autres ! :wink:
Dans les opus plus récents, ne pas omettre l'excellent "Hold your Fire" (1987) !

Et pour ce qui est de leurs tournées mondiales, je suis assez jaloux de nos voisins européens à chacune d'entre elles pour pouvoir affirmer que si Rush évite effectivement la France, en revanche l'Allemagne et l'Angleterre ne sont jamais oubliés. Maintenant, qu'ils passent plus fréquemment chez eux, on ne peut pas leur en vouloir. :roll:
"l’appétit vient en mangeant, la soif disparaît en buvant" - François Rabelais (un bien brave homme)
J'y étais : mon blog ;)

Avatar de l’utilisateur
BéGé
 
Messages: 523
Inscrit le: 14 Oct 2007, 18:25
Localisation: Lille

Re: Rush

Messagepar BéGé » 18 Mai 2011, 21:27

Pour cette tournée anniversaire Moving Picture (Time Machine Tour), y'a plus d'une 100aine de dates prévus aux US, contre a peine une dizaine en europe, et c'était la même chose pour Snake & Arrow. Donc Rush est bien plus un groupe qui tourne aux US, pas parce que c'est chez eux , c'est juste qu'ils ont du succès là-bas c'est différent. Et c'est bien dommage qu'il soit si mal connu en Europe et notamment en France. Zegut avait parlé d'une date pour cette tournée au Zenith, mais ça ne s'est pas réalisé malheureusement.

Avatar de l’utilisateur
ConanleMoloch
 
Messages: 2726
Inscrit le: 13 Jan 2005, 18:01
Localisation: Espagne

Re: Rush

Messagepar ConanleMoloch » 19 Mai 2011, 16:37

En même temps quand tu vois les salles qu'ils remplissent et le prix auquel sont vendus les tickets en Amérique du nord, pas étonnant qu'ils s'embêtent pas trop à venir en Europe.
Daily Rock France : http://www.daily-rock.fr/

Riffraff a écrit:Toi tu dois adorer Les Stones .... Avec leur humilité déployée a chaque morceau. Et meme plusieurs fois par morceaux des fois, mais ca c'est les concerts privilégiés...

FFA
 
Messages: 415
Inscrit le: 15 Nov 2010, 15:07

Re: Rush

Messagepar FFA » 19 Mai 2011, 19:47

Hi!

Veuillez me compter parmi les fans de ce groupe incontournable!

Je me souviens d'un clip (et le titre m'échappe) où diverses couches de guitares, constituant diverses palettes sonores se font sentir. Chose somme toute assez "banale" chez Rush.
Là où le clip est très bien monté, c'est que les changements de palette sonore sont accompagnés également de transitions amenant un changement de guitare. Détail, mais que j'ai trouvé bien ficelé!

Sinon, pour qui veux s'initier à Rush, je ne saurais trop conseiller la compile (import) Chronicles qui est une perle!
.............

Avatar de l’utilisateur
Badboy
 
Messages: 918
Inscrit le: 12 Août 2008, 21:44
Localisation: IdF

Re: Rush

Messagepar Badboy » 23 Mai 2011, 18:32

J - 2 !! :D :punk:
Je viens de consulter le reste des places en vente ; c'est du délire ! entre 100 et 200 € !
> Pour ma part je m'en suis sorti pour 79,87€.
"l’appétit vient en mangeant, la soif disparaît en buvant" - François Rabelais (un bien brave homme)
J'y étais : mon blog ;)

Avatar de l’utilisateur
Spirit
 
Messages: 61
Inscrit le: 08 Déc 2008, 16:49

Re: Rush

Messagepar Spirit » 23 Mai 2011, 18:57

Rush ? mon groupe préféré avec AC/DC, en témoigne mon avatar (Geddy Lee, chanteur et bassiste de Rush).

Oui, c'est fort tragique que ce trio canadien, que beaucoup qualifient de groupe "le plus culte du monde", ne passe jamais en France, excepté le concert de 1992 au Zénith (bon, j'avais un an à cette époque, alors...)

Neil Peart, selon moi, est le plus grand batteur rock de tous les temps, son style est d'une virtuosité inimitable.

D'ailleurs, pour ceux qui ne seraient pas au courant, le nouvel album de Rush, Clockwork Angel, est prévu pour la fin de l'année. Deux singles sont déjà sortis, Caravan et BU2B. Le riff de Caravan n'a rien à envier au plus puissant riff de Metallica.

A la question : quel est le meilleur album de Rush ? Je ne peux pas répondre, cela dépend des époques. Je dirai donc :
2012 et Hemispheres pour les 70's
Moving Pictures et Permanent Waves pour les 80's (quoique j'aie un petit faible pour Presto)
Roll the Bones pour les 90's
Snakes and Arrows pour les 00's

Bref, pour avoir un aperçu de leur magistrale discographie (dans laquelle, je le précise, il n'y a rien à jeter), je conseillerai tout simplement le triple album live Different Stages.
Les lois de nos désirs sont des dès sans loisir.

Avatar de l’utilisateur
BéGé
 
Messages: 523
Inscrit le: 14 Oct 2007, 18:25
Localisation: Lille

Re: Rush

Messagepar BéGé » 23 Mai 2011, 19:16

Aahh ouii 2112 :hb: :hb:
Fly By Night vaut son pesant de Cahuètes aussi, véritable tournant du groupe introduisant le progressif (sur By Tor, and the Snowdog).

Avatar de l’utilisateur
Badboy
 
Messages: 918
Inscrit le: 12 Août 2008, 21:44
Localisation: IdF

Re: Rush

Messagepar Badboy » 23 Mai 2011, 20:32

Spirit a écrit: (...) le concert de 1992 au Zénith (bon, j'avais un an à cette époque, alors...) (...)


Content de constater que l'intérêt pour ce groupe transcende les générations. :D Mes gamins sont trop jeunes pour comprendre la valeur de ce géant ; ils s'intéressent déjà à ac/dc, c'est déjà pas mal ! :twisted:
"l’appétit vient en mangeant, la soif disparaît en buvant" - François Rabelais (un bien brave homme)
J'y étais : mon blog ;)

Avatar de l’utilisateur
Spirit
 
Messages: 61
Inscrit le: 08 Déc 2008, 16:49

Re: Rush

Messagepar Spirit » 23 Mai 2011, 20:45

Voici l'extrait d'un article sur le rock progressif (http://www.bigbangmag.com/rdp69.php) qui présente admirablement ce qu'est Rush pour la musique prog :

"Rush, on l’aura noté, fait partie du panthéon de Q Magazine. Le lecteur français est toujours un peu surpris de l’importance qu’occupe le trio canadien aux yeux de la critique anglo-saxonne. Alors que le groupe n’a jamais réussi à s’imposer au même titre que Kansas ou Saga sur le Vieux Continent (comme l’a bien montré Jean-Guillaume Lanuque dans le dossier consacré par BB à la formation en avril 2007, n°65), Rush est une véritable institution en Angleterre et sur le continent américain (40 millions d’albums vendus en un tiers de siècle ; 15 000 exemplaires de Moving Pictures vendus en moyenne chaque mois depuis plus de 120 ans…), au Nord comme au Sud (le trio déchaîne les foules au Brésil – voir la video Rush in Rio quintuple platine de 2003).


On en voudra pour preuve le numéro du magazine briton Guitar Legends (fév. 2008) entièrement consacré aux Canadiens. A côté d’une compilation d’articles anciens parus dans Guitar World, Classic Rock et Bass Guitar (trois interviews de Geddy Lee et Alex Lifeson lors des sorties de Different Stages, Vapor Trails et Snakes & Arrows en 1999, 2002 et 2007 respectivement ; une interview-bilan – parfois douloureuse – d’un Neil Part faisant retour sur 30 ans de carrière, par-delà épreuves et heures de gloire, en 2004 ; une « dissection » de douze des plus grands morceaux de la carrière du trio par A. Lifeson en 1996 ; et une leçon de guitare basse par G. Lee en 2007), le dossier comprend une longue introduction historique inédite de J.D. Considine, un panorama des morceaux de l’histoire du rock favoris de Lee et Lifeson, et les transcriptions de 5 hits du groupe : «Limelight», «2112 (Overture/The Temples of Syrinx)», «Red Barchetta», «The Spirit of Radio» et «La Villa Strangiatto»).

Ce numéro spécial montre bien le statut de groupe-culte de Rush aux États-Unis et Outre-Manche, où il parvient à toucher un public bien plus large que les simples progmaniacs. Il faut dire que tant par les influences qu’il a subies à ses débuts, que par l’influence qu’il a pu exercer sur d’autres groupes, le trio occupe une place à part dans le monde progressif, en ce sens qu’il ne s’y est jamais laissé enfermer, sans jamais pour autant perdre son âme.

D’innombrables groupes d’aujourd’hui, de toutes obédiences (on ne parle même pas de Dream Theater et autres groupes prog), ont reconnu leur dette envers Rush, «de Metallica et des Smashing Pumpkins à Primus et Rage Against the Machine», les Canadiens ayant eu le mérite de «placer la barre très haut pour le rock mainstream, à la fois en termes de créativité et de technicité. Apprendre à jouer des morceaux de Rush était une manière pour les jeunes musiciens de prouver ce dont ils étaient capables».

Quant à la liste des artistes et des œuvres ayant «compté» dans les années de formation du duo de choc Lifeson-Lee, elle est très instructive. Le premier ne cite que trois groupes progressifs dans son panthéon personnel (Pink Floyd pour «Comfortably Numb» - qui «lui tire des larmes chaque fois qu’il l’entend», UK pour «In the Dead of the Night», le jeu d’Holdsworth ayant exercé une forte influence sur le sien circa Moving Pictures, et Tool), à côté de Buffalo Springfield, The Who («My Generation»), Jimi Hendrix, Jeff Beck, Eric Johnson, Led Zeppelin («How Many More Times», «Kashnmir») et les Rolling Stones. Quant à Lee, après avoir rappelé sa dette envers Jethro Tull (et le «très sous-estimé Martin Barre»), Genesis («Watcher of the Skies») et Yes (pour le jeu de basse, bien sûr, de Chris Squire, qui forme l’armature - le «squelette» - de toutes les chansons du groupe), il cite lui aussi Led Zeppelin (pour le même morceau, «How Many More Times»), Jeff Beck, les Who (également pour «My Generation»), les Yardbirds, Jefferson Airplane et Cream. Et quand il s’est agi de négocier le tournant pop des années 80, en resserrant le propos du groupe, pour le rendre plus accessible, et marier «l’épique et le concis, le cérébral et le viscéral», les Canadiens, de leur propre aveu, furent très influencé par Police et U2.

S’il a flirté de loin avec la new-wave (notamment en étendant leur palette sonore au moyen de synthés, samplers et séquenceurs – et de courtes incursions dans le reggae et… le rap sur «Roll the Bones»), Rush n’a toutefois jamais cédé aux sirènes du mainstream. Mais comment se fait-il qu’un groupe faisant rarement la couverture des magazines musicaux ait vendu autant de disques, et dure depuis si longtemps ? La subtilité et la complexité de ses morceaux et de ses arrangements ont constitué «une pierre angulaire pour une génération de musiciens», faisait remarquer Guitar World en 2002, et pourtant, Rush n’a jamais reçu le soutien de l’establishment de la critique. «Un peu comme si les gens ne voulaient pas donner à Rush son dû». G. Lee reconnaît que Rush ne s’est jamais fondu dans le courant mainstream : «Nous pouvions être le groupe-culte le plus populaire du monde, comme Black Sabbath dans ma jeunesse, mais personne ne nous entendait jamais dans un supermarché. Ou alors, cela aurait été un supermarché vraiment bizarre».

Une partie de la réponse tient dans l’étiquette de «rock cérébral» qui lui colle à la peau depuis ses fresques de science-fiction des années 70, lesquelles avaient fini par les ennuyer : «Bien que nous n’ayons aucun problème avec le style de vie du rock and roll», explique Lifeson, «l’essentiel pour Rush a toujours été la qualité de l’écriture musicale. Si cela nous rend ‘cérébraux’, eh bien pourquoi pas. Il est certain qu’à mesure que Neil s’est imposé comme notre parolier, notre musique est devenue plus poignante. En tous cas, une chose est sûre à propos de Rush, c’est que nous nous sommes toujours bien amusés, même si nous n’en avons pas l’air»."
Les lois de nos désirs sont des dès sans loisir.

Avatar de l’utilisateur
Badboy
 
Messages: 918
Inscrit le: 12 Août 2008, 21:44
Localisation: IdF

Re: Rush

Messagepar Badboy » 27 Mai 2011, 19:02

Voici mon relevé d'impressions.

RUSH – ARENA O2 - 25/05/2011

Compte tenu de mon impression générale, je ne peux pas commencer mon récit sans un rappel du débat portant sur l'intérêt de soutenir son groupe favori une fois qu'il en est "réduit" à se produire dans des sites gigantesques. Cruel dilemme en effet, que de choisir de partager avec eux un bon moment et de montrer ainsi que les admirateurs demeurent fidèles quoiqu'il arrive ou alors d'ignorer leurs tournées au prétexte que leurs concerts ne permettent plus ces instants d'"intimité" ou de "convivialité" relative avec eux. Pour ma part, les deux arguments ne me permettent pas d'opter pour une attitude définitive. Et pourtant, ce concert tant attendu de Rush me porte à y réfléchir de nouveau … Un sentiment désagréable de castes au regard des rangs privilégiés pour les plus fortunés et du pigeonnier pour ceux qui le sont moins …

Le site O2 est gigantesque ; il comprend une petite salle de concert réduite, l'IndigO2, dans laquelle j'ai déjà eu l'occasion d'y voir un certain PORCUPINE TREE, il y a déjà deux ans et demi et plusieurs petits commerces qui encerclent la fameuse Arena. Pour accéder à cette salle, des escalators. Agréable, lorsque le spectateur qui n'a pas d'bol n'a pu obtenir qu'un siège situé au quatrième niveau. Là, d'autres commerces de restauration vous attendent également. Une fois dans l'antre, c'est impressionnant de gigantisme ; je suis pourtant habitué des salles de concerts en général et du POP Bercy en particulier mais là c'est encore plus grand ! Une capacité qui varie entre 19 000 et 23 000 selon la configuration ; pour ce concert ça doit tourner autour des 20 000 je pense, en raison des rangs installés en fosse.

Pas d'invité en apéritif de cette soirée. Moi, ça me va.

19h45, les lumières s'éteignent (un quart d'heure de retard donc). Une première partie d'un court métrage en trois actes montre une histoire burlesque dont les principaux acteurs ne sont autres que nos trois lascars. J'ai pas tout pigé bikoz engish spoken, m'enfin en gros l'histoire présente des gros nazes à l'accent et aux allures slaves (clin d'œil au passé d'Alex !) qui veulent monter un groupe, mais pas très inspirés ils s'essaient à différents styles …
19h50, "Spirit of the Radio" les frissons parcourent irrésistiblement ma colonne vertébrale ! Un son énorme mais sans excès, à ce moment de la soirée. Titre impeccablement exécuté.
Le groupe enchaîne alors avec "Time Stand Still" ; j'adore la version studio … mais là … j'ai décroché ! Je m'aperçois que pendant tout le concert je vais être tenté de le passer à regarder principalement l'écran du fond de scène (que je distingue imparfaitement d'ailleurs, avec des fils et des projo' pour me gêner) ! Je commence alors à me demander si toutes les dépenses engagées pour le déplacement en valaient la peine ; devant mon home cinéma dans quelques mois, à la parution de l'inévitable dvd, ca ne serait pas plus mal finalement ! Et puis, je me suis mis à observer attentivement les gestes musicaux. Je critique Therion pour les mêmes motifs et, objectivement, je ne vois par pourquoi je ne me montrerais pas aussi sévère avec mes idoles. En effet, alors que dans le passé les trois virtuoses s'évertuaient à maîtriser l'expression de tous les sons ou presque, là l'emploi des programmations s'est carrément installé. Sur ce titre et sur les deux suivants c'est flagrant. Un grand moment d'égarement dont je sors avec "Workin' Them Angels" tiré de Snake and Arrows" : superbe. Je reprends donc mes esprits avec ce titre et les deux suivants tout aussi convaincants."Leave That Thing Alone" démontre enfin tout leur talent individuel de musicien, tant chaque pupitre de ce titre permet à chacun d'exprimer sa virtuosité et sa maîtrise de tous les sons, ce qui me tient à cœur ! Les pieds et les mains travaillent de concert ! "BU2B" laisse toutefois entrécouter une tendance qui va aller en s'accroissant ; le son de la basse tend à s'imposer. Tant et si bien que j'ai parfois l'impression d'entendre Lemmy ; c'est un comble ! Vient alors "Freewill" et c'est la grosse claque ; je me dis alors "mon gars, tu n'es pas venu pour rien, si tout le reste est à la hauteur". Et le reste le fut ! " Marathon", sublime et " Subdivisions" viennent clore en beauté un premier acte
20h50 les lumières se rallument pour une pause déjà nécessaire.

A peine le temps d'aller pisser (tant les files de buveurs de bières sont longues) et hop on atteint vite la reprise. Un compteur parti de 1974 laisse s'égrainer les années jusqu'à 1980 où les lumières s'éteignent pour diffuser la seconde partie du court métrage avec la suite des aventures des amateurs toujours en quête de leur talent. Cinq minutes avant que Rush ne déboule sur la scène pour un second acte prometteur.
21h15 c'est reparti avec "Tom Sawyer" pour une reprise intégraaaaal de "Moving Picture", que de bonheur en perspective. Ce bonheur aurait été sans nuage si la sonorisation n'avait pas accentué le niveau de la basse. Ce qui était impressionnant au début devint souvent à la limite du supportable et c'est bien dommage tant cette musique n'a pas besoin d'être poussée à une telle extrémité … 'Faut dire que j'avais omis d'emmener mes protections auditives (ainsi que ma paire de jumelles, d'ailleurs). Enfin bref, passons ; les index souvent fourrés dans mes oreilles j'ai quand même pu apprécier ces somptueux titres de 1980. Un second titre de l'opus à venir "Caravan" achève de convaincre d'acquérir ce futur opus dés sa sortie ; je le pressens aux sonorités plus lourdes !
Puis vient LE SOLO de Monsieur Peart. Près de dix minutes d'extases ! Il parvient toujours à modifier son solo de tournée en tournée ! "Closer to the Heart" débute dans un grand moment d'émotion, une belle communion avec le public qui chante les paroles d'une seule voix ! Geddy gâche un peu cet instant en milieu de titre ; est-ce intentionnellement une tentative d'impro ou est-ce un plantage, en tout cas l'effet est raté, temporaire bien sûr et à peine perceptible, tant la cause est entendue auprès d'un public conquis de toutes façons. Et puis "2112" et "Far Cry" enfoncent le clou ! Le public en redemande évidemment et les revoilà pour un rappel avec "Villa Strangiato" magistralement intérprété avec quelques libertés prises sur le rythme ; je ne leur aurais pas pardonné de la louper, celle là ! C'est sans aucun doute mon titre préféré de tout leur répertoire ! Et enfin, "Working Man" dans une version débridée et surprenante, mais pas mal non plus.
Peu après 22h50 : le troisième et dernier volet du film achève la soirée ; les lumières se rallument définitivement vers 22h55. Geddy promet de revenir … à Londres, bien sûr je n'oublie pas que je ne suis pas à Paris, hélas.

Au final, des musiciens au top de leur forme (fallait voir Geddy sautillant comme un cabri sur ses titres favoris, comme "Vital Signs" par exemple !) et une sonorisation qui aurait du/pu être meilleure.

PROGRAMME :
Premier acte
The Spirit of Radio
Time Stand Still
Presto
Stick It Out
Workin' Them Angels
Leave That Thing Alone
Faithless
BU2B
Freewill
Marathon
Subdivisions

Second acte
Second Set
Tom Sawyer
Red Barchetta
YYZ
Limelight
The Camera Eye
Witch Hunt
Vital Signs
Caravan
Drum Solo
Closer to the Heart
2112 Part I: Overture
2112 Part II: The Temples Of Syrinx
Far Cry

Rappel :
La Villa Strangiato
Working Man


Les produits dérivés ne m'ont pas séduits tant que cela … j'ai opté pour un tshirt tout de même pour marquer cette soirée. 25€. Je n'ai pas pris le programme à 15€, disposant déjà des deux précédents (1988 et 1992) alors que je dois confesser ne pas les regarder tous les jours en me couchant, hein … Et puis je leur en veux quand même d'ignorer nos si belles contrées !
"l’appétit vient en mangeant, la soif disparaît en buvant" - François Rabelais (un bien brave homme)
J'y étais : mon blog ;)

Avatar de l’utilisateur
Badboy
 
Messages: 918
Inscrit le: 12 Août 2008, 21:44
Localisation: IdF

Re: Rush

Messagepar Badboy » 10 Oct 2011, 10:19

Une bande-annonce du dvd qui parait sur cette :/: tournée :shock: :arrow: ICI
Mais pourquoi donc je ressens toujours ces sentiments paradoxaux avec ce groupe ? je souffre de leur mépris à l'égard de nos contrées, et je jure toujours de ne plus jamais acheter leurs produits ... et finalement, comme avec cette extrait, je fini toujours pas sentir que la fièvre acheteuse va ENCORE frapper. :?
"l’appétit vient en mangeant, la soif disparaît en buvant" - François Rabelais (un bien brave homme)
J'y étais : mon blog ;)

Avatar de l’utilisateur
iangillan
 
Messages: 1148
Inscrit le: 21 Oct 2008, 21:28
Localisation: 33

Re: Rush

Messagepar iangillan » 11 Oct 2011, 14:58

Je te comprends, même si je suis personnellement le groupe de TRES loin. En me refaisant les classiques ces dernières semaines, j'ai retrouvé ces moments de grâce d'une rare intensité qu'on ne trouve que chez les grands (le break de Free Will, Tom Sawyer etc). Par contre, pour moi time stands still depuis le début des années 90: ont-ils encore fait de grands albums après ? J'avoue que la période synthé/commerciale de la seconde moitié des années 80 m'a un peu refroidi (à part quelques titres genre Grace Under Pressure).

Oui, au fait, pourquoi ne viennent-ils presque jamais en France ? (ben parce qu'il n'y a pas de public pour faire une grande salle ... que le rock progressif est un peu démodé ... qu'ils peuvent pas saquer les francophones ... je sais pas moi ...)

PS: Merci pour ta review circonstanciée, rigoureuse et honnête du O2 ( je l'avais zappée en mai)
Whether I'm drunk or dead -- I really ain't too sure ...

Avatar de l’utilisateur
Badboy
 
Messages: 918
Inscrit le: 12 Août 2008, 21:44
Localisation: IdF

Re: Rush

Messagepar Badboy » 11 Déc 2011, 17:08

J'avais omis d'en toucher un mot ici mais il est clair que le blu-ray de leur dernière tournée est INDISPENSABLE.
Témoignage fabuleux d'une tournée réussies par desmusiciens hors- pair, ce film montre aussi les intro et entractes qui illustrent leur humour so british.

Image

Ohé, Rush ! Vous savez où est la France ? ce petit pays, là, juste à côté de vos potes anglais ! :?
"l’appétit vient en mangeant, la soif disparaît en buvant" - François Rabelais (un bien brave homme)
J'y étais : mon blog ;)

Suivant

Retour vers Autres groupes

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit and 12 invités