Accéder au contenu

    HighwayToACDC.com

       le forum de la communauté francophone AC/DC

THIN LIZZY

Vous n'écoutez pas qu'AC/DC dans la vie ! Alors venez discuter de vos autres groupes favoris ici !
Avatar de l’utilisateur
Bonny94
 
Messages: 1542
Inscrit le: 04 Avr 2007, 22:06
Localisation: (94)

Re: THIN LIZZY

Messagepar Bonny94 » 23 Sep 2009, 21:53

Phil a écrit:
Jul' a écrit:
Rockfan a écrit:ou sans Bon Scott ...
j'dis ca j'dis rien, ca risque de dériver encore ...


N'importe quoi !!! :roll:

Jul'.

C'est pourtant ce que l'on a pensé à une certaine époque.


A une certaine époque on pensait que la terre était plate et que l'être humain ne pouvait résister à une vitesse excédant 50 km/heure ce qui aurait eu pour effet l'explosion de la cage thoracique.

Tout ça pour dire que avec le temps les mentalités évoluent et pour paraphraser Tonton Zégut lorsqu'on lui a demandé si Jonna était le bon choix: "Les bons choix riment avec durée..."
Je pense que l'on devrait écouter plus souvent les hommes à longues barbes :mrgreen:
Aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années.

Avatar de l’utilisateur
Ballbreaker73
 
Messages: 3233
Inscrit le: 07 Mai 2004, 15:54
Localisation: Fin fond de la Tarentaise !

Re: THIN LIZZY

Messagepar Ballbreaker73 » 23 Oct 2016, 19:34

Je suis en pleine période Thin Lizzy.

Alors je viens faire un tour dans le coin voir s'ils ont leur sujet attitré et ce qu'il s'y dit.

Petit plaisir vicieux de le remonter. Ça va me faire la soirée. :lol:
AC/DC Fashion Tip : ignore it.
Get it right - then never change. Invent a logo, wear the same clothes, and make the same album ad infinitum.
By never being in, you'll, perversely, never be out.

Paix & Amour.

Avatar de l’utilisateur
samcdc
 
Messages: 3753
Inscrit le: 08 Fév 2004, 19:21
Localisation: Tirelipimpon sur le Chihuahua

Re: THIN LIZZY

Messagepar samcdc » 23 Oct 2016, 19:36

Ballbreaker73 a écrit:Je suis en pleine période Thin

menteur :mrgreen:
Ca f’rait plein de jaloux / Qui n’en ont pas du tout / Ca f’rait plein d’envieux / Qui n’en ont pas chez eux / Ca f’rait plein de méchants / Qu’en ont pas de si grand / ca f’rait plein de badauds / Qu’ont rien vu d’aussi beau

Avatar de l’utilisateur
Ballbreaker73
 
Messages: 3233
Inscrit le: 07 Mai 2004, 15:54
Localisation: Fin fond de la Tarentaise !

Re: THIN LIZZY

Messagepar Ballbreaker73 » 23 Oct 2016, 19:39

Le gras c'est la vie.

Tu connais bien toi aussi. :mrgreen:
AC/DC Fashion Tip : ignore it.
Get it right - then never change. Invent a logo, wear the same clothes, and make the same album ad infinitum.
By never being in, you'll, perversely, never be out.

Paix & Amour.

Paicey
 
Messages: 161
Inscrit le: 16 Juil 2017, 23:15

Re: THIN LIZZY

Messagepar Paicey » 03 Fév 2018, 12:23

Image

THIN LIZZY : BBC Radio 1 Live In Concert

1983 : Thin Lizzy décide de mettre un terme à une carrière prolifique suite aux écarts regrettables de son leader, Phil Lynott. Le groupe entreprend une tournée "presque" mondiale (Le Farewell Tour) qui passera notamment par l'Europe (la France sera bien évidemment oubliée......). Forts d'un album percutant et plus hard (et ce, grâce à l'arrivée ô combien bénéfique au sein du groupe du fougueux John Sykes (ex-Tygers Of Pan Tang)) que ses prédécesseurs (Chinatown et Renegade) intitulé Thunder And Lightning, nos compères sont ainsi invités au festival de Reading (alors très en vogue) pour un concert qui, qualitativement et émotionnellement restera dans les annales. C'est donc en cette belle journée du 28 août 1983, que le groupe s'apprête à clore 3 jours de festivités (Black Sabbath et Ten Years After étaient aussi de la fête). Débutant sur un Jailbreak au riff imparable, enchainant sur un Thunder And Lightning apocalytique et dévastateur (morceau qui pourrait encore aujourd'hui, renvoyer certains groupes de métal actuels à leurs chères études), couplé à un Waiting For An Alibi entrainant, la puissance de feu du gang de Lynott se déploie râgeusement sur un Are You Ready particulièrement heavy et fédérateur. D'ailleurs, le très chaud (au propre comme au figuré) public ne s'y trompe pas puisque que tout au long du show, il se manifeste comme un seul homme notamment une impressionnante délégation irlandaise qui se fait largement entendre juste avant Emerald. La voix de Lynott, sans aucun doute, marquée par les affres de ses regrettables écarts, relève le défi vocal ô combien difficile notamment sur l'enchaînement remarquable Rosalie / Dancing In The Moonlight. Ca, c'est grandiose !!!!!!! Et derrière, le groupe bastonne grave, notamment un Brian Downey, un batteur tellement sous-estimé qui s'en donne à coeur joie et ce, malgré les circonstances. C'est vrai qu'à l'époque, on aimait les gros bûcherons. Sinon, le duo d'artilleurs constitué par John Sykes et Scott Gorham s'entend à merveille notamment sur les passages ô combien relevés et exigeants des twin guitars. Tout est magnifiquement huilé grâce à la basse sourde, épaisse et vrombissante de Lynott (qui joue de la basse comme sur une guitare) et les claviers jamais envahissants tenus par le discret mais redoutable Darren Wharton.

Entre-temps, ont donc défilé ou plutôt déboulé, les Baby Please Don't Go et The Holy War entrecoupés des cristallins A Night In The Life Of A Blues Singer (qui figurera plus tard sur le maxi Nineteen) et The Sun Goes Down. Aucun temps mort n'est à l'ordre du jour sur ce show pour lequel le groupe tient à marquer d'une pierre blanche l'histoire de ce festival mythique car le groupe embraie sur le dernier single en date, l'efficace Cold Sweat (qui ne figure pas sur le CD paru en 1992 que je vous présente). Manquent également à l'appel Sha La La, Baby Drives Me Crazy et Black Rose interprétés (notamment le second morceau cité) sans doute dans une ambiance absolument incroyable provoquée par nos amis irlandais venus en nombre. Il est à espérer qu'un jour, nous aurons droit à une réédition complète de ce show magistral. Lynott exhorte encore un peu plus la foule à se manifester via la phrase " and THE COYOTE CALLS where the howlin' winds will." juste avant The Cowboy Song qui, inévitablement, s'enchaîne sans répit au seul hit répertorié du combo à savoir The Boys Are Back In Town. Le festival chavire de plus belle. Suicide et Rosalie dans une version étirée enfoncent le clou portant ainsi le set vers une conclusion, vous l'imaginez, forte en émotions, puisque la poignante ballade Still In Love vient parachever un show en tout point parfait. En effet, à chaque fois que le grand Phil prononce la phrase "Is This The End, la foule répond en choeur par un vibrant "Noooooo !!!!!!!!!!!" J'imagine que ceux qui s'y trouvaient, n'ont pas oublié ces instants, j'oserais dire, presque douloureux. Sans doute, et ce, malgré sa décision certes irrévocable, le grand Phil s'est peut-être dit qu'il avait commis l'erreur fatidique d'avoir mis fin à l'aventure lizzienne. C'était sans doute "Lynott de trop".....
Dernière édition par Paicey le 03 Fév 2018, 13:44, édité 1 fois au total.

Avatar de l’utilisateur
bluebell
 
Messages: 1267
Inscrit le: 10 Avr 2006, 22:10
Localisation: Yvelines

Re: THIN LIZZY

Messagepar bluebell » 03 Fév 2018, 12:52

Beau texte qui donne envie de se replonger dans Thin Lizzy. Groupe finalement fort méconnu.
Toquey si gauses

Avatar de l’utilisateur
angus974
 
Messages: 273
Inscrit le: 31 Oct 2008, 19:39
Localisation: reunion

Re: THIN LIZZY

Messagepar angus974 » 03 Fév 2018, 16:51

Ah Thin lizzy , un de mes groupes préférés, peut-être même le groupe que j 'écoute le plus régulièrement.
Fan de Lynott comme de Doug Pinnick plus tard, des blacks chanteurs de soul aux services du hard c'est juste imparable. Une autre sensibilité qui apporte un véritable plus à la musique.
2 grands bassistes chanteurs.
Paicey, chouette ton article, après c'est une histoire de goût mais je n'aime pas trop " thunder and lightning " avec Sykes ( trop heavy, une prod criarde ) je préfère largement les 2 albums précédents avec Snowy White.

Emerald77
 
Messages: 119
Inscrit le: 14 Mai 2010, 01:49
Localisation: Detroit, MI

Re: THIN LIZZY

Messagepar Emerald77 » 05 Fév 2018, 19:49

Coucou les copains !

Merci pour cette très belle review !
Je venais juste d’écouter la prestation des Mama’s Boys lors de ce même festival ...
J’imagine que si vous traînez par ici vous connaissez Alive and Dangerous de Bryan Downey (« on drums ! »). J’ai l’impression qu’ils ont surpris agréablement beaucoup de monde en Europe ( on reste mesuré évidemment, on ne parle que d’un sous produit d’un des groupes de rock les plus sous-côtés au monde). Ils vont se mettre très bientôt à composer du matériel pour des morceaux originaux. J’espère que Phil et Gary sauront leur envoyer de bonnes ondes pendant leur processus d’écriture ... Sacré défi pour les quatre talentueux musiciens !

Avatar de l’utilisateur
the nightprowler
 
Messages: 1164
Inscrit le: 27 Nov 2006, 20:00
Localisation: toulouse

Re: THIN LIZZY

Messagepar the nightprowler » 06 Fév 2018, 20:27

Ca me fait penser qu'en Aout 83, j'avais 16 ans et j'étais à Reading pour un séjour linguistique de 3 semaines. J'avais d'ailleurs choisi cette ville à cause du fest (j'avais hésité avec Canterbury à cause du titre d'un album de Diamond Head) . Malheureusement, j'en suis reparti une semaine avant. A l'époque, je commençais à m'ouvrir totalement au merveilleux monde du Hard Rock grâce à Enfer Mag qui avait commencé à nous initier depuis Avril 83. Avant Enfer, j'étais presque exclusivement ACDC depuis octobre 80. Bon, j'avais aussi acheté le Screaming for Vengeance de Judas Priest, le Blackout des Scorps, le live de Blackfoot grâce aux chroniques dans Best mais c'était à peu près tout. Faut dire qu'à l'époque, acheter un album ( ce qui était le seul moyen de l'écouter quand tu vivais dans un petit bled de Normandie) c'était 5 mois d'argent de poche. Bref, en aout 83, je commençais à être AWARE et surtout avide de tout ce que l'Angleterre pouvait offrir à ce niveau. Reading n'est pas une grande ville mais on y trouvait des tas de trucs qu'on ne trouvait pas chez moi (posters, badges, patchs en plus des disques) et j'avais fait le plein à ce niveau. Bref, tout ça pour dire que c'est en lisant les CR dans la presse 1 ou 2 mois plus tard que j'ai vraiment compris que j'avais presque touché le Graal à 10 jours près .
Tout ceci est hors sujet mais bon Reading quoi! D'ailleurs j'y suis retourné l'année suivante aux même dates pour le même séjour mais j'ai rien raté. :D
Image

Paicey
 
Messages: 161
Inscrit le: 16 Juil 2017, 23:15

Re: THIN LIZZY

Messagepar Paicey » 08 Fév 2018, 17:15

BRIAN DOWNEY'S ALIVE AND DANGEROUS : Vauréal, Forum, 14/10/17

Quand on évoque les grands batteurs de rock, on pense toujours à John Bonham, Ian Paice, Billy Cobham, Neil Peart, Keith Moon et bien d'autres mais à aucun moment, nous ne pensons jamais à Brian Downey, batteur de Thin Lizzy. Ce n'est pas bien grave car reconnaissons que le groupe a joui d'une réputation tardive auprès des fans français puisque dans les années 80 quand on évoquait Thin Lizzy, c'était soit "C'est qui ?" "J'connais pas" soit j'avais droit à des "Ouais, c'est trop mou", "C'est pas assez hard"..., "Tu devrais écouter Judas Priest ou Iron Maiden" (ce que je faisais comme tout le monde soit dit en passant). Malgré tout cela, me sentant de fait un peu seul, j'ai continué bon an mal an à écouter la riche discographie du groupe, discographie que j'écoute encore aujourd'hui très régulièrement puisque je vous l'avoue, je découvre encore aujourd'hui de nouvelles sonorités surtout concernant les premiers albums plus folk mais aussi plus intimistes par rapport aux déflagrations qui vont suivre à partir de Jailbreak, Nightlife lui étant davantage perçu comme un album de transition.

Aujourd'hui donc, la donne a changé. Quand on aborde le sujet Thin Lizzy, le combo est assimilé au rang de groupe-culte ayant produit des albums inventifs et racés bercés (allez, je le remets mdrrrrrr) par la voix chaude et tropicale de Phil Lynott auteur-compositeur hors normes et l'on se dit que finalement que leur statut aurait dû être tout autre. Bref, on ne refera pas l'histoire sur la carrière du groupe enfin si d'une certaine façon, on va la refaire puisque notre ami Brian Downey décide ENFIN de venir nous rendre visite dans la campagne vauréalienne avec dans l'idée d'interpréter en compagnie de jeunes musiciens talentueux l'intégralité du mythique double live Live And Dangerous.

Il faut noter que la première partie est assurée par "The Professor" Pat McManus, guitariste ô combien technique et virtuose des regrettés Mama's Boys que, pour ma part, j'avais eu la chance de voir live en 1984 en 1ère partie de Scorpions puis en 1985 en support band de l'ami Gary Moore (Bon Diou qu'est qu'il nous manque, lui aussi....) qui alors faisait la promotion de son superbe album intitulé Run For Cover. Les deux compères Brian Downey et Pat McManus se connaissent depuis fort longtemps car, en effet, il convient de signaler que les "Garçons de Maman", forts à l'époque de deux albums d'excellente facture Plug It In et Turn It Up, avaient sur demande du grand Phil, ouvert en 1983 pour le Farewell Tour de Lizzy notamment sur les dates UK.

En attendant donc dans la "Phil" en compagnon de Ponpon et de Julien que j'avais récupérés à divers endroits, je rejoins Jchristophe du BSF et du forum Iron Maiden France (IMF) qui, pour l'occasion a revêtu un tee-shirt................du BSF !!!!!!!!!!!!! Il était donc obligatoire d'immortaliser cet instant pour l'éternité. :lol: A noter également qu'il est accompagné d'un pote prénommé Christophe qui va s'avérer être un joyeux luron de premier ordre. :cheers: :cheers: :cheers: Naturellement, la conversation s'engage spontanément autour de la sphère lizzienne pour dévier sur d'autres groupes tout aussi talentueux.


Alors que nous attendons patiemment, Ponpon m'interpelle brusquement : "Brian Downey est là !!!!! Fais signer tes vinyles maintenant, tu seras tranquille..." Le batteur que je trouve très amaigri se trouve de l'autre côté d'un grillage aisément franchissable. Cependant je demande au type qui l'accompagne s'il est possible de lui faire signer "quelques" vinyles. En fait de "quelques" vinyles à lui faire signer, je lui ai proposé toute la discographie de Thin Lizzy.....Brian va s'exécuter patiemment et cordialement à cette tâche lâchant au passage un "You're a big fan !!!!!" Et moi de lui répondre : "I've been a fan for nearly forty years..." Après quelques photos prises par les potos et une amicale accolade, il prend congé pour aller se concentrer sur le set qu'il va produire. Quelle classe quand même !!!!!!!

Image

Image

En compagnie de Ponpon, Jchristophe, Julien, Christophe et Norbert, nous nous postons au 2ème rang. Pat McManus investit l'étroite scène du Forum. Son groupe est composé du batteur Paul Faloon déjà présent lors du concert au Pacific Rock de Cergy Pontoise et de Marty McDermott à la basse. Le trio disposant d'un son parfait nous délivre un blues rock bien calibré puis du hard rock à la sauce Mama's Boys et ce, grâce à l'interprétation parfaite des classiques que sont Straight Forward, Runaway Dreams (avec le violon...) et Needle In The Groove entrecoupés d'un vibrant hommage à Gary Moore sous la forme d'un The Messiah Will Come Again de presque 10 minutes. Le Pat, le sourire aux lèvres, nous fait étalage de tout son talent guitaristique nous gratifiant de parties de guitare absolument célestes. Le set s'achève sur une version dévastatrice de Rockin' In A Free World du Loner. Une très belle prestation en tout point.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Une petite vingtaine de minutes plus tard, c'est donc au tour de Brian's Downey de fouler les planches du Forum. Le groupe est composé de Matt Wilson à la basse. On ne pourrait pas faire mieux au niveau look lynottien, tant celui-ci est proche de celui du regretté bassiste. C'en est presque déstabilisant.....Viennent ensuite les deux guitaristes. Tout d'abord, Phil Edgar qui fait un peu penser à un Scott Gorham jeune puis Brian Grace qui lui pourrait être assimilé à un Chris Robinson (ex-Black Crowes). Et donc derrière les fûts, notre Brianou manifestement très en verve sur un Jailbreak enchaîné à l'incendiaire Are You Ready, un titre qui a toujours eu le mérite de bien faire bouger le public. Niveau chant, Matt Wilson dévoile un registre un poil plus aigu que celui de Lynott ce qui ne l'empêche pas de respecter au mot près le phrasé complexe du grand Phil. A noter qu'en lieu et place d'Are You Ready, nous aurions dû entendre Emerald si l'on s'en tient à l'ordre exact de Live And Dangerous. Ordre qui, par contre, va de nouveau être respecté via des interprétations très fidèles de Southbound, Rosalie (de Bob Seger), Dancing In The Moonlight, Massacre (morceau sur lequel le Brianou et ce, grâce à des contre-temps subtils et complexes à la fois, nous démontre parfaitement qu'il aurait pu prétendre au statut mentionné plus haut).

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Notre paire de guitaristes s'illustre de fort belle façon sur Still In Love With You sans être celle qui opère sur Live And Dangerous mais également sur le très funky Johnny The Fox Meets Jimmy The Weed, pas interprété depuis des lustres et ça, c'est une bonne surprise. En même temps, c'est l'intégrale Live And Dangerous qui redémarre sur un Cowboy Song enchainé au seul hit véritablement recensé de Lizzy, à savoir The Boys Are Back In Town délivrés tous deux de façon efficace. Enchainement qui, de tout temps, a suscité beaucoup d'enthousiasme et qui permettait à Lynott de solliciter le public.

Image

Image

Image

Petite entorse au "règlement" car ce n'est pas Don't Believe A Word qui est prévu mais un Warriors terriblement puissant enchainé sans temps mort au morceau que tout le monde attend, Sha La La. Sha La La c'est synonyme du solo de batterie à aucun moment ennuyeux du Brianou. Julien, batteur de son état, vous l'imaginez bien, est aux anges lorsqu'il observe le batteur de son groupe préféré exécuter ce solo emblématique, batteur dont il connaît les moindres secrets.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Jchristophe prend soin de récupérer l'une des deux baguettes lancées par l'Irlandais :cheers: :cheers: :cheers: puis c'est un Don't Believe A Word corrosif qui vient secouer (achever ? Non pas encore) le public vauréalien qui n'en a pas fini avec Brian Downey's Alive And Dangerous. En effet, le groupe embraye sur Suicide dans une version très conforme au double live légendaire suivi non pas de Sha La La puisque déjà interprété mais de The Rocker faisant par conséquent l'impasse sur Baby Drives Me Crazy. Démarche parfaitement compréhensible compte tenu du fait que ce titre se voulait être un des chevaux de bataille de Lynott pour faire participer le public.

Après un court rappel, le quatuor revient pour un émouvant Whiskey In The Jar en compagnie de Pat McManus venu leur prêter main forte pour un solo de violon haut en couleur. Et c'est tout naturellement Emerald, symbole de toute la "celtitude" qui vient apporter la touche finale à ce très beau concert parce que oui, on a eu droit à un très bon concert de la part d'un groupe soucieux et ce, sous l'impulsion du seul membre restant ayant participé à TOUS LES ALBUMS DE THIN LIZZY, de respecter la tonalité de ce double album live "légendaire" (hé oui, je le redis).

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Juste à l'issue du concert, notre ami Pat McManus se trouve déjà au merchandising se livrant aux dédicaces et aux photos de rigueur arborant un sourire jusqu'aux oreilles. Cet homme ne sait que sourire.

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image
Il a oublié celui-ci... :|

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image
Un zoli boot...

Image

Pour finir, on nous annonce que Brian Downey est encore dans la place pour signer des vinyles (ça y est, c'est déjà fait.... :lol: ), des CD's, des billets de concert et toutes sortes de documents inhérents à Thin Lizzy mais aussi pour se soumettre encore avec une grande gentillesse aux photos en compagnie de fans. Quelle classe quand même pour quelqu'un qui s'est toujours "Downey" à fond dans la Musique.

Image

Image

Emerald77
 
Messages: 119
Inscrit le: 14 Mai 2010, 01:49
Localisation: Detroit, MI

Re: THIN LIZZY

Messagepar Emerald77 » 09 Fév 2018, 16:00

Merci pour tes reviews enchantées et tes très belles photos ! Tous les rockers irlandais que tu as mentionnés ont/avaient un rapport avec leurs fans que Bon Scott n’aurait pas dédaigné...

Paicey
 
Messages: 161
Inscrit le: 16 Juil 2017, 23:15

Re: THIN LIZZY

Messagepar Paicey » 09 Fév 2018, 23:06

:wink: :wink: :wink:

Avatar de l’utilisateur
angus974
 
Messages: 273
Inscrit le: 31 Oct 2008, 19:39
Localisation: reunion

Re: THIN LIZZY

Messagepar angus974 » 10 Fév 2018, 00:12

merci pour ta belle review paicey
c'est vrai que Brian Downey est un sacré batteur

on ne le dira jamais assez, Thin Lizzy était un groupe génial.

Paicey
 
Messages: 161
Inscrit le: 16 Juil 2017, 23:15

Re: THIN LIZZY

Messagepar Paicey » 08 Avr 2018, 10:37

Snowy White a toujours été dans l'ombre de quelqu'un. Dans Thin Lizzy, c'était Phil Lynott (il se planquait derrière sa coupe afro, en plus avec le groupe, il était statique comme s'il avait un balai dans le postérieur). Avec Pink Floyd, il était dissimulé derrière les briques du Mur assurant la doublure du sieur Gilmour puis après un méga hit en 1983 intitulé Bird Of Paradise issu d'un album solo que l'on oubliera vite, il n'était que l'ombre de lui-même. Ensuite, il rejoint Roger Waters en 1990 pour son show à Berlin resté légendaire et là, il est carrément réduit au statut de "poussière" face à un Waters dont tout le monde sait que c'est un être imbuvable à l'égo surdimensionné. Alors Snowy se réfugie dans le blues en créant un trio White Flames. Problème : la concurrence est rude à l'époque puisque celui qu'il a remplacé dans Thin Lizzy quelques années auparavant, Gary Moore cartonne grave dans ce registre. Pas d'bol pour le Snowy pour qui le statut de "nain du Blues" va lui coller à la peau, sans doute aurait-il dû appeler son groupe "Snow(y) White and The Seven Dwarfs" et ce n'est pas ce Live At Rockpalast - In Leverkusen qui inversera la tendance car disons-le tout de go, on s'ennuie ferme à son écoute et ce, malgré son joli brin de voix assez comparable à celui d'un Bernie Marsden en forme. Allez tiens, je vais me remettre Chinatown....

Image

Paicey
 
Messages: 161
Inscrit le: 16 Juil 2017, 23:15

Re: THIN LIZZY

Messagepar Paicey » 09 Juil 2018, 18:19

THIN LIZZY : Gary's Jig (Bristol, Locarno Ballroom, 14/4/74)

Début 1974, Thin Lizzy est en pleine crise. En effet, Eric Bell, ne supportant plus la notoriété grandissante du trio suite au succès de Whiskey In The Jar et en proie à ses démons éthyliques, quitte le groupe avec éclat lors du concert du Nouvel An 74 à la Queen's University de Belfast, concert durant lequel il balance sa guitare sur scène mais plus dangereux, il se débarrasse de ses amplis.............dans le public. Bien avant Ritchie Blackmore lors du California Jam en 1974.....L'urgence fait qu'il faut trouver un guitariste pour assurer la tournée en cours. Le temps de mettre tout ça en place ce qui provoque l'annulation des deux concerts suivants (1er et 2 janvier 1974 respectivement à Ballybose et à Strathearn en Irlande), Gary Moore effectue avec brio son premier concert avec le groupe le 4 janvier à Skerries toujours en Irlande. Ce bootleg d'excellente qualité audience qui permet d'entendre live un trio inédit capté au Locarno Ballrooom de Bristol le 14 avril 1974, propose un set de transition entre l'ère Eric Bell et ce, grâce à l'interprétation de morceaux comme Little Darling, le plaintif Slow Blues et l'efficace Black Boys On The Corner et celle qui annonce le quatuor dit "classique" à partir de l'album Nightlife qui sortira sept mois plus tard, album qui contiendra quelques pépites fabuleuses comme It's Only Money et Showdown interprétées ici en avant-première. Bref, c'est de l'inédit à tous les points de vue : line up et compositions et force est de reconnaître que le groupe est parvenu à relever cet épineux défi avec panache. Ca n'empêchera pas Gary Moore de quitter le combo et ce, à cause du rythme de vie imposé par les infatigables fêtards Phil Lynott et Brian Downey, Moore arguant le fait que leur présence aurait pu être dangereuse pour sa petite personne. Il reviendra en 1978... :lol!:

Image

PrécédentSuivant

Retour vers Autres groupes

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Google [Bot] and 9 invités