Carnet de route US

Washington, 15 novembre 2008, temoignage d'Alain

Redimensionnern1410585216_145405_6316.jpgTout commence en septembre à l’annonce de la tournée américaine d’AC/DC par une simple boutade : « hé les gars, on n’irait pas les voir à New-York ? »
Il faut préciser que nous sommes membres d’une jeune association Belge dont l’objectif est de mettre sur pied un petit festival rock dans nos Ardennes (l'asso s’appelle « Let There Be Rock », ça ne s’invente pas ! ). A partir de là, il nous semblait « logique » d’aller voir nos idoles aux states !!!

Ce qui n’était qu’une boutade a commencé à prendre une tournure sérieuse et il fut décidé, afin de pouvoir goupiller le concert avec un match de foot américain, de partir le week end du 15 novembre à Washington.
Dès que cette date fut arrêtée, tout a dû s’enchaîner très vite, réservation d’un vol, d’un hôtel, inscription de 2 personnes au fan club du Groupe afin d’obtenir 4 billets pour le concert, achat des places pour le match de foot… Le départ était donc prévu le 14/11 à 7 heures de Luxembourg par Air France avec escale à Paris. C’était sans compter sur une grève sauvage des pilotes d’Air France ! On recevait un laconique sms la nuit du 12 au 13 disant : « votre vol est annulé, merci de votre compréhension » !!!
Merci Air France !

Dès lors, branle bas de combat ! Recherche dans l’urgence d’un autre vol pour finalement partir de Bruxelles à 12.30 heures avec escale à Madrid. Nous arrivons donc à Washington avec 7 heures de retard sur l’horaire initialement prévu. Après une première soirée bien arrosée en compagnie d’un très sympathique ami belge habitant à Washington depuis 20 ans, nous prenons la direction de l’hôtel pour nous reposer et être en forme pour la journée du concert.

Nous devons un minimum parler de notre hôtel. Nous avons en effet eu beaucoup de chance dans la réservation de cet hôtel très bien situé (à 300 mètres de la Maison Blanche) et surprotégés par les agents de sécurité russes présents pour la sécurité de notre voisin d’hôtel, le président Medvedev, présent pour le sommet du G20 et non pas pour le concert. Autant dire que les T-Shirt AC/DC se mariaient bien avec les costumes des gorilles à oreillettes !

n1410585216_145370_4157.jpg

Enfin le jour J : visite de la ville bien sûr, Maison Blanche, The Mall, musée de l’air et de l’espace, le capitole, nous nous sommes également attaqué, non sans peine, à un hamburger géant dans un restaurant situé au sein de la très jolie gare principale de Washington (Union Station).
Ensuite, retour à l’hôtel, un peu de repos avant le départ vers le Verizon Center (salle de basket des Washington Wizzards) où une surprise de taille nous attendait : lors de la réservation des billets via Internet, parce que le site sur lequel nous avions acheté les places n’acceptait pas la mastercard, nous avions payé les 4 places avec la visa de l’un d’entre nous, ici, seules deux places nous attendaient ! Les deux autres places réservées avaient été annulées pour non correspondance entre les informations du fan club et celles du vendeur de tickets ! Merci !..
Les négociations étant impossibles avec une première dame très « sympathique », nous nous sommes mis à la recherche d’un billet au marché noir. Impossible d’en trouver si peu de temps avant le concert !
C’est là qu’est intervenu Jacques, pâtissier-chocolatier français, fan d’AC/DC vivant à Washington depuis 15 ans et qui nous avait été présenté par notre ami belge du premier soir. Après nous avoir proposé le billet de son épouse qui nous aurait attendu à l’extérieur, Jacques nous a bien aidé à attendrir une charmante dame de l’organisation afin d’acquérir l’unique billet qui nous manquait ! Après ces péripéties, let’s go to the show !

n1410585216_145387_9707.jpg

Pas de surprises sur la play-list :

  • Rock'n Roll Train
  • Hell Ain't a Bad Place to Be
  • Back in Black
  • Big Jack
  • Dirty Deeds Done Cheap
  • Thunderstruck
  • Black Ice
  • The Jack
  • Hell's Bells
  • Shoot to Thrill
  • War Machine
  • Anything Goes
  • You Shook Me All Night Long
  • T.N.T.
  • Whole Lotta Rosie
  • Let There Be Rock
  • Highway to Hell
  • For Those About to Rock (We Salute You)


Redimensionnern1410585216_145399_4019.jpgLa première impression est qu’ Angus laisse la scène et la vedette à Brian pendant les 45 premières minutes.
Combien de fois dans sa vie scénique a-t-il gardé la casquette plus de 15 secondes ? Il n’empêche que musicalement parlant il est là et bien là ! Quand arrive son strip-tease (sur the Jack) il reprend ses droits de vedette du groupe et on ne voit plus que lui pendant la dernière heure. Après la chanson Big Jack, Brian nous dit qu’il n’y a pas de meilleur endroit que DC pour la chanter (en effet Big Jack est le surnom du stade de foot local où nous rendons le lendemain)
Petit problème sur le solo Let There Be Rock où le podium central d’Angus ne s’élève pas.
Autre réflexion : le public !!! Les américains vont à un concert rock comme au théâtre, pas ou peu d’ambiance, ils restent collés devant leurs chaises qui sont installées jusqu’à 5 mères de la scène ( !) et ne bougent pas ou fort peu ! Vivement l’arrivée des boys en Europe et surtout à Anvers où le statut de meilleur public du monde leur sera encore prouvé. Après 1h40 de show, trop court mais superbe, nous quittons la salle pour aller, avec nos nouveaux camarades, terminer la nuit dans un pub irlandais en refaisant le concert devant quelque buds.

Le lendemain, ambiance différente mais néanmoins impressionnante avec le match de NFL Washington Red Skins – Dallas Cowboys devant 96.000 personnes. Après un peu de shopping le dernier jour, retour à Bruxelles via Madrid (encore merci Air France) avec le vol de 20h30.

n1410585216_145374_5410.jpg

Retrouvez l'association à but non lucratif d'Alain sur WWW.LTBR.BE

Réagissez sur le forum


Retour au carnet de route