Carnet de route US

Minneapolis, 23 novembre 2008, temoignage de Nate

J'ai quitté la maison vers 12h15 avec mes deux fils, direction Fargo. Il y a un peu près 4 heures de route sans arrêt jusqu’à Saint Paul. Nous nous sommes arrêtés pour le déjeuner, chez mon frère. Puis direction ma ville natale, pour y déposer pour la nuit mes fistons chez mon cousin. 45 minutes en voiture et enfin le XCel Energy Center.

Nous avons fait le trajet dans St Paul en rien de temps, même si il y avait un peu plus de trafic à St Paul que dans Fargo. Nous avons trouvé la salle assez facilement, mais il nous a fallu environ 30 minutes pour trouver un parking. Nous avons fini par nous garer juste à côté du bar où nous avions fixé notre lieu de rendez-vous. Nickel !

L’Alary bar était constellé de Tee Shirt AC/DC. C'était sympa de constater que la plupart ne provenaient pas de Walmart ! Beaucoup de fans de longue date, des «ultras» étaient déjà là, il y avait une super ambiance. J'ai interrogé un peu autour de moi pour savoir si il y avait des membres du fan club officiel, mais la plupart d'entre eux n’avaient pas adhéré au fan club, ils étaient là seulement pour le show. Beaucoup m’ont demandé où j'ai été placé dans la salle, inquiets qu'ils étaient de se retrouver placés derrière moi. Bon, il faut dire que je mesure 2 mètres, et un fan présent atteignait à peine les 1m70. Il a donc été très soulagé de savoir que j’étais placé très loin de lui. Au fond du bar nous sommes tombés sur un petit groupe de membres du fan club, nous avons bu une bière ensemble et pu parlé ensemble tranquillement.

Nous étions censés nous retrouver avec 2 groupes de fans devant l'Excel. En faisait partie un de mes potes de lycée, avec lequel nous avons découvert AC/DC à peu près à la même époque. Il avait toujours voulu voir le groupe en concert, pour lui le rêve devenait réalité. Peu de temps après, rencontre avec le second groupe d’un pote que j’ai connu sur acdc.bootlegs. Direction la salle, avec une petite marche de 800 mètres à la clef.

15 minutes plus tard, nous arrivions au pied de la salle. Mon pote de lycée avait déjà ses billets, tandis que pour notre part il nous a fallu passer par la billetterie. Personne en vue, nous avons pensé que la voie était libre... jusqu'à ce que nous ouvrions la porte. Le hall était plein comme un oeuf, pas le choix, file d’attente et patience pour tout le monde.

                               Bon, c’est là que le stress a commencé. J'avais apporté mon petit enregistreur audio et emprunté une caméra, sans parler de mes deux appareils photo numériques. J'ai réalisé assez vite en attendant mon tour que la fouille de la sécurité n’était pas très approfondie. La vigile a tapoté ma veste puis a contrôlé mon sac dans lequel j’avais planqué la caméra empruntée à ma belle mère. Elle a vérifié le contenu vite fait, et m’a dit que c’était OK. J’aurais pu faire entrer un trépied et une caméra HD sans aucun problème. Peut-être la prochaine fois, j'étais déjà très heureux d’enter dans la salle avec ce que j'avais ! Mon frère et moi avons tous les deux acheté un Tour program, et puis direction nos places.

Nous étions au dixième rang, face à la scène. Même installé à ma place, je ne réalisais toujours pas que j’étais là pour voir AC/DC. Nous avons discuté avec des membres du fan club et j'ai appelé mon ami de lycée pour voir où il était positionné. J'ai aussi présenté des excuses aux gens assis derrière moi à qui je bouchais la vue, ils ont été cool, conscients, il est vrai, que je ne pouvais pas faire grand chose !


Les lumières se sont éteintes et « The Answer » ont fait leur entrée sur scène. Au premier coup d'oeil, j'ai cru voir les « Black Crowes ». Le chanteur a une tonne de cheveux et est maigre comme un fil de fer, mais ils ont très bien joué. Je ne suis pas un familier de leur musique, mais le groupe sonne bien (et fort). J’aurais aimé avoir pris le temps d'écouter leurs disques au préalable. J'ai pris un peu de temps pour vérifier mon enregistreur audio ainsi que ma caméra vidéo, et mon frère a testé l'appareil photo pour obtenir le bon réglage. Nous avons sympathisés avec nous voisins, dont une fille franchement éméchée, mais très cool. Je me suis assuré que les piles de rechange étaient dans ma poche, et que les enregistreurs étaient prêts...

Les lumières sont se nouveau éteintes et l'intro vidéo a démarré peu de temps après. La vidéo est vraiment sympa, mais le train qui traverse l'écran, là c’est de la folie. Beaucoup de pyrotechnique, et puis, Angus qui entame le riff de Rock’n Roll Train. La salle est devenue folle, c’était parti ! Brian a surgi et a salué tout le monde. C’était dingue de le voir juste là, à quelques mètres de nous, taper dans les toutes les mains le long de l’avancée de la scène. Sa voix était un peu approximative et rauque au début de la chanson, mais s’est rapidement réchauffée pour trouver rapidement son rythme de croisière. Fin du premier titre et place à Hell ain’t a bad place to be. J'ai été un peu surpris de la réaction du public qui a vraiment super bien réagi sur ce titre.

Back in Black , et de nouveau toute la salle a failli exploser ! Le groupe assurait totalement et Brian laissait filer tranquille, en totale interaction avec la foule tout en prenant un plaisir évident. Big Jack ensuite, qui rend vraiment bien en live, et un Brian qui continue à prendre son pied.

Ce fut le tour ensuite de Dirty Deeds Done Dirt Cheap et Thunderstruck, repris en chœur par la foule une fois de plus. Angus attaque l’intro de Thunderstruck de façon similaire à Toronto en 2003, mais certainement plus lentement que lors de la tournée 90/91. Le titre était très bien, et la foule a été conquise.

Black Ice est le prochain sur la liste. La réaction du public semble toutefois hésitante. La prestation du groupe redescends d’un cran par rapport a ce qu’il nous avait livré jusque là, même si ce morceau a été très bien interprété. Personnellement, je n'ai pas vraiment eu le temps de « digérer » le nouvel album et notamment ce morceau, bien que je l’ai entendu à maintes reprises. Le rythme est inhabituel et différent dans ce morceau comparé à d’autres. La version sonne toutefois bien.
Ils ont ensuite joué The Jack avec le fameux Strip Tease. Bien que je n'ai jamais été un grand fan de The Jack, le morceau a été très agréable à écouter. Nous avons aimer voir Angus courir et faire son Strip. C’est un morceau lent qui toutefois tue le rythme du show. Malgré cela, ça fonctionne parfaitement, mais je n’ai jamais été fan de cette baisse de tension en milieu de gig, ne me demandez pas surtout pas pourquoi. Il a été intéressant de voir que finalement, sur les écrans géants et lors des gros plans sur la foule, que le public des Boys n’est pas des plus jeunes ou bien que le réalisateur préfère zoomer sur les femmes matures…

L'un des autres moments forts du spectacle est venu ensuite avec Hell’s Bells. Dans le passé, il semblait que le groupe jouait ce morceau sur un tempo plus rapide. Celle-ci m’a un peu déçu par rapport à la version originale, bien plus rythmée... Mais ne faisons pas la fine bouche, elle sonne aussi quand même vraiment bien. Brian a fait comme à l’accoutumée son Tarzan au départ, avec quelques difficultés avec la cloche au début du morceau, notamment pour mettre son pied dans la boucle.



C’est le tour de Shot to Thrill ! Incroyable, ils étaient au dessus de la mêlée sur ce morceau et ils ont mis vraiment le feu ! Angus a quand même ralenti son rythme à partir de celui ci, mais il restait toujours fabuleux. J'ai eu un peu de mal à partir de ce moment là car un gars de la sécurité à remarqué ma caméra vidéo, mais il est quand même resté cool. Il m’a demandé de la ranger, ce que j’ai fais à partir de ce moment là sans hésiter, de peur de devoir lui donner et de la voir peut être détruire devant mes yeux… On ne sait jamais. Un mal pour un bien puisque j’ai pu profiter ensuite pleinement du show sans être en « plein tournage ».

                               Arrivent ensuite deux nouvelles chansons, War Machine et Anything Goes. War Machine est mon titre préféré du nouvel album, j'ai été un peu déçu de ne pas pouvoir la filmer. Ce morceau vous botte le derrière, un morceau excellent et très rythmé. La foule a fait un énorme accueil lors de Anything Goes, peut être avec Rock’N’Roll Train le nouveau morceau le mieux accueilli par le public. Indiscutablement.

Voici venu le tour de You Shook Me All Night Long et TNT avec leurs effets scéniques habituels, avec en plus sur l’écran vidéo une jeune femme qui danse avec les flammes derrière elle, effet vraiment réussi. Les boules de feu tirées au cours de TNT dégageaient une telle chaleur que nous la ressentions d’où nous étions assis !Impressionnant! Whole Lotta Rosie déboule ensuite, et cela aurait pu être la chanson de la soirée ! Je ne l’avais jamais entendu aussi bien jouée auparavant que ce soir, tout simplement parfait, d’une netteté exemplaire ! La nouvelle Rosie gonflable refait son apparition sur scène après le Dress Rehearsals au mois d’Octobre où elle fut retirée par la suite à cause de petits soucis, et c’est avec bonheur que nous l’accueillons ce soir, la voyant chevaucher le train.


Ensuite, le groupe entame Let There Be Rock . Ce n’est pas une de mes préférées, sans doute par la lassitude de la voir jouer tant et tant de fois, mais cette version est assez exceptionnelle cependant, plus « fraîche » que d’habitude, et rapide. Le grand écran diffuse des montages des couvertures d’albums des boys, mi 80 compris. Angus va et vient, court jusqu'à la plateforme qui s’élève ensuite. Bref, du pur Angus Young malgré ses 50 ans ! Ils ont terminé le morceau, les lumières se sont éteintes et nous avons attendu sagement le rappel.

                               Angus est revenu dans un panache de fumée, arrivant de dessous la scène pour décocher le riff d’ Highway To Hell, avec de nouvelles cornes sur le front, bien plus réalistes que celles qu’il utilisait antérieurement. Le morceau a été parfait, comme souvent sur celui-ci, et il est temps de nous dire au revoir sur For those about to rock . Angus faiblit un peu sur l'intro de ce morceau, mais se rattrape bien pour la suite ! L'écran vidéo se décale vers l’arrière pour voir apparaître les canons. Tout cela semblait irréel et j’ai du me pincer pour voir si je ne rêvais pas ! Ils ont commencé le morceau, Brian n’a jamais été aussi impressionnant vocalement de bout en bout de ce morceau. Incroyable ! Il est sorti de la scène vidé après avoir fait un excellent travail. Quelles détonations sortant des canons qui vous arrachent les tympans ! Quand un concert rythme avec spectacle ! Au final, je crois bien qu’ils jouent bien mieux qu’il y a 8 ans lors du « Stiff upper lip » tour. C’était simplement incroyable, ils n’ont jamais été aussi forts sur scène.


Après avoir quitté la scène, les lumières reviennent et la foule commence a quitter la salle. J'ai attendu un peu avec l'espoir mince d’un second rappel. Nous avons longuement parlé du concert avec mes cousins qui m’accompagnaient lors du chemin de retour en voitures pour prolonger l’exaltation de la soirée. Sur la route du retour de Fargo, le lendemain, j'ai eu quelques minutes pour m'asseoir et réfléchir à ce que venait de me dire mon frère : « Il n’y avait vraiment aucun meilleur endroit au monde hier soir qu’a Saint Paul, Minnesota, et en particulier dans la salle où jouait AC/DC » !

Set list...

  • Rock'n Roll Train
  • Hell Ain't a Bad Place to Be
  • Back in Black
  • Big Jack
  • Dirty Deeds Done Cheap
  • Thunderstruck
  • Black Ice
  • The Jack
  • Hell's Bells
  • Shoot to Thrill
  • War Machine
  • Anything Goes
  • You Shook Me All Night Long
  • T.N.T.
  • Whole Lotta Rosie
  • Let There Be Rock
  • Highway to Hell
  • For Those About to Rock (We Salute You)

Merci à Nate, webmaster du site www.acdc-bootlegs.com



Retour au carnet de route