Carnet de route Europe

Stockholm, 20 fevrier 2009, temoignage de Morgan

32956.jpgCette fameuse journée du 20 février me sembla très longue.
Non seulement j'étais impatient d'être à ce soir, mais de plus, le réveil sonna à 3h du matin pour aller à l'aéroport à 5h.

Arrivé à Stockholm à 9h, je retrouve Gustav, le copain à ma cousine, fan de hard également. Nous nous rendons chez lui, à une heure de route de Stockholm histoire de se reposer un peu.

Aux alentours de 17h, on se rend à la salle de concert. Après une heure et demie de route donnant sur un soleil couchant orange vif tournant au rouge, ce qui laissait présager la venue de notre Diable favori, nous sommes arrivés (ma cousine, Gustav, un de ses amis et moi-même) dans la ville de Stockholm, et plus précisément au Globen.

Très vite, on entre dans le Globe. J'étais déjà venu pour plusieurs occasions, comme le concert d'Iron Maiden en décembre 2006.
Mais cette arène n'accueille pas que des concerts, elle accueille également des matchs de hockey, sport national en Suède.

La salle, vue de l'extérieur, est ronde. Et bien, de l'intérieur, c'est exactement pareil!
Ça donne l'impression d'être dans une énorme balle de golf : des tribunes en arc de cercle, une fosse assez spacieuse, divisée pour l'occasion par une avancée qui va jusqu'au milieu de la scène. Il y a déjà pas mal de monde.

Globen.JPG
Aux alentours de 19h30 arrivent sur scène The Answer. Je ne vais pas m'attarder : c'est du déjà-vu, mais c'est efficace, et ça bouge bien. Le chanteur se permet de faire la causette entre les chansons, dis quelques mots en suédois très bien accueillis par le public.

La première partie se finit, et là, c'est l'interminable attente pour les 20h30. Ce qui était assez drôle à voir, c'était que sur les bords de l'écran géant, des membres du staff tentaient de chauffer la salle, et ont plus ou moins échoué.

A 20h30, le film d'intro commence.

Band.JPGLe groupe arrive en forme sur un "Rock'n'Roll Train" de derrière les fagots! Le public est en très très grande forme, le groupe a l'air très content de voir une si belle ambiance. Le groove s'installe, Malcolm fait péter les riffs, Phil donne l'impression d'exploser ses toms à chaque coup, Cliff est serein et imperturbable. Tout se passe comme il était prévu!

Arrive ensuite "Hell Ain't a Bad Place to Be". L'ambiance chauffe, le jeu de lumière commence à virer à un rouge très sympa, le show est rodé et ça se voit ! Back in Black s'enchaine de la même manière. On devine aisément qu'en 29 ans, les Boyz la connaissent, la ritournelle!

Vient ensuite "Big Jack" où le groupe innove encore une fois avec une chanson du nouvel album. Il y a pas à dire, ce nouvel album groove un max, et ça se sent sur scène! Il y a une patate énorme dans ce morceau. "Dirty Deeds Done Dirt Cheap" est dans la même veine, et le Globen ressemble de plus en plus à une cocotte minute!

Ensuite, Brian nous annonce qu'ils vont joués une chanson un peu particulière... Et ils attaquent Shot Down In Flames ! Pensant que le show était calibré à la seconde près et qu'aucun changement n'était possible, j'étais dans une joie assez immense ! La chanson est terrible, Angus prend un pied énorme, ça respire la joie d'être là ce soir dans la fosse et les gradins, et ça transpire le rock!

Vient ensuite "Thunderstruck" dans un light-show bleu-violet très très beau ! Là, ce fût un des premiers moments très fort du show : beaucoup de personnes se lèvent en gradins, on hurle tous en coeur les "Thunder" et on se retrouve foudroyé par la performance très électrique du groupe, malgré un Angus qui a légèrement ralenti le tempo, mais pourquoi pas. En tout cas, la tension se sent dans l'air !!!

Ensuite vient "Black Ice". Faut dire que le public s'est clairement refroidi après l'agitation du morceau précédent. Pourtant, le morceau tourne bien, on écoute ça avec plaisir. Enfin bref, la douche froide des nouveaux morceaux a encore fait des siennes.

IMG_0098.JPG Là, on fait sonner "The Jack" dans les Marshalls ! Ça transpire le Blues à fond, on reprend tous "The Jack" avec plaisir ! Et là, Angus se lance dans son petit strip-tease : il vire la cravate, s'amuse un peu avec, prend cinq bonnes minutes à virer tout le haut, commence à baisser son short face à un public en ébullition (enfin, peut-être pas tant que ça, puisque Angus a quand même 53 ans) et fait apparaitre le joli AC/DC estampillé sur son caleçon. Il remonte vite fait son short d'étudiant et finit la chanson.

Ils jouent ensuite "Hell's Bells" et "Shoot to Thrill". Tout le monde connait les morceaux, ça bouge dans le Globen ! Ca reste très efficace, comme tous les morceaux de Back in Black, et ce depuis la sortie de l'album. L'ambiance est très très chaude et ça envoie dans les valseuses!

IMG_0039.JPGEnsuite, les Boys ont eu l'audace de sortir deux chansons du nouvel album à la suite: "War Machine" et "Anything Goes". Bizarrement, "War Machine", que je voyais déjà comme une bête de chanson sur scène, ne m'a pas fait plus d'effets que ça. C'était sympa mais bon, j'ai pas ressenti le "truc" qui faisait de cette machine de guerre un morceau dément en live. Dommage, j'ai du passer à côté...

En revanche, ce fut une de mes surprises de la soirée: "Anything Goes" m'a donné l'effet inverse. J'en imaginais pas tripette en live, et c'est que ça claque, cette chanson! Un riff qui devient bien plus incisif qu'en studio, un bon rythme, des paroles bien chantées: j'étais agréablement surpris!

Ensuite, ce fut certainement le coup de coeur de ma soirée: "You Shook Me All Night Long". Ma chanson favorite de toute la discographie d'AC/DC peut-être. Tout le monde était chaud comme la braise dans l'arène! Je n'époumonais pour chanter les paroles et je passai toute la chanson debout, ce qui ne plu pas beaucoup au gars derrière moi. Il me le fit savoir et, par politesse, me suis rassis un peu frustré.

Ensuite vint le titre dynamite du show: "TNT! J'avoue avoir été encore agréablement surpris car "TNT" était peut-être le titre qui m'ennuyait le plus ces derniers temps, car trop répétitif. Mais j'ai adoré la version de ce soir! Peut-être la touche Black Ice qui lui donnait un coup de jeune.

Par contre, s'il y a bien une chanson qui a vieilli mais n'a pas pris une ride, c'est bien "Whole Lotta Rosie"! Un riff qui tue, ça change pas malgré les années! En plus, avec la grosse Rosie chevauchant la locomotive et battant le rythme, c'était terrible! Pas besoin de la changer d'un pouce celle-là, pas besoin d'une sauce Black Ice là-dessus: elle est pratiquement parfaite!

Durant tout le set, on sentait un public très très chaud et un groupe en très bonne forme. Mais ce fut lors du morceau suivant que la messe fut finalement dite. Je veux bien évidemment parler de "Let There Be Rock"!

J'ai comparé un peu plus haut le Globen à une cocotte-minute. Là, la cocotte-minute a carrément explosé, parce qu'il y avait une telle énergie dans le morceau qu'on pensait que la pression arrivait à son comble! Le morceau fut tout bonnement incroyable! Angus était déchainé, a très bien improvisé ses solos. Tout le groupe mettait une patate d'enfer dans ce morceau et c'était bien plus violent que n'importe quel match de hockey qui a pu se dérouler dans cette arène! Un véritable régal!

IMG_0042.JPG

Le groupe salue ensuite, s'en va...

Mais évidemment, personne n'est dupe : une trappe s'ouvre dans le sol: il en sort un Angus muni de cornes et baignant dans la fumée. Il attaque le classique "Highway to Hell" qui met tout le monde en joie et qui relâche un peu la tension du dernier morceau. On chante, on se fait plaisir, on admire les flammes, bref: tout se passe bien.

Finalement, il était là, le dernier morceau d'AC/DC: "For Those About to Rock". C'est dingue ce qu'on se sent triste lorsque le riff de cette chanson résonne. J'ai chanté les paroles avec un peu d'amertume dans une voix très très fatiguée qui s'est usée sur toutes les chansons de ce concert tout bonnement dément avec en moments forts "Shot Down In Flames", "Thunderstruck", "You Shook Me All Night Long" et toutes les chansons qui suivaient cette dernière. Les six canons tonnent, c'est brutal et ça refroidit les esprits.

Les lumières s'éteignent, le groupe quitte la scène et les lumières se rallument: c'est la fin.

Sur le trajet du retour, on a passé la plupart du temps à refaire le concert, et à se l'imprimer dans la tête.

Après un samedi de repos bien mérité, je rentrais à Genève via EasyJet en me remémorant ce super moment passé en compagnie de ma musique favorite: le rock qui groove et qui sonne gras ! Merci AC/DC !



Retour au carnet de route

Mises à jour
Discussions