Paroles et traductions

What's next to the moon

Auteurs : A. Young - M. Young - B. Scott

Well I tied my baby to the railroad track
Cannonball down the line
Giving that woman just a one more chance
To give it to me one more time
Engineer wishing he was home in bed
Dreaming about Casey Jones
Wide-eyed woman heading a mile ahead
Thinking about broken bones

It's her love that I want
It's her love that I need
It's her love got to have
It's her love

Heavenly body flying across the sky
Superman was out of town
Come on honey, gotta change your tune
Cause it's a long way down
Clark Kent looking for a free ride
Thinking about Lois Lane
It's a bird, it's a plane, it's, a suicide
And that'd be a shame

But what's next to the moon?

Long Arm looking for a fingerprint
Trying to find the mystery clue
Hitting me with the third degree
Working on a thumb screw
Alright, officer, I confess
Everything's coming back
I didn't mean to hurt that woman of mine
It was a heart attack

Chorus

I used to love her so


Line.jpg

Mais qu'y a-t-il juste à côté de la lune ?

J'ai attaché ma chérie aux rails de chemin de fer
Un boulet de canon droit devant
Je donne à cette fille une toute dernière chance
De me donner ce que je veux, encore une fois
Le cheminot qui aimerait être au lit à la maison
A rêver de Casey Jones
Y' a une fille aux yeux écarquillés qui se profile à un mile
Qui pense aux os fracassés

C'est son amour que je veux/dont j'ai besoin/qu'il me faut

Un corps divin qui vole à travers le ciel
Superman n'était pas en ville
Allez, ma belle, change de refrain
Parce que la chute est longue
Clark Kent cherche un ticket gratuit
En pensant à Lois Lane
C'est un oiseau, un avion, c'est – un suicide
Et ce serait bien dommage

Chorus

Mais qu'y a-t-il juste à côté de la lune ?

Long Arm cherche une empreinte digitale
Essaye de trouver un indice pour résoudre ce mystère
Il me frappe à coups d'homicide
Et me travaille aux poucettes
OK, inspecteur, j'avoue,
Tout me revient
Je ne voulais pas faire de mal à ma bonne femme
C'était une crise cardiaque

Chorus

Line.jpg

Commentaire :

Commençons par les deux premières strophes, qui fonctionnent de façon parallèle. Dans les deux cas, le narrateur place sa bien-aimée récalcitrante, qui ne veut plus de lui ou ne veut plus lui donner ce qu'il veut (l'amour), dans une position, euh, coercitive: attachée aux rails avec un train qui arrive à 100 à l'heure, comme un boulet de canon (V2); suspendue au-dessus du vide, du haut d'un immeuble dans la S2. Il cherche par ce moyen ... assez extrême, à obtenir ce qu'il veut ! C'est ta dernière chance, poupée (S1) ! Poupée qui n'en mène pas large, les yeux écarquillés de peur en songeant à son corps bientôt déchiqueté par le train(fin S1).

Dans la S2, le narrateur est encore plus cynique: il rappelle à la belle récalcitrante qu'elle a intérêt à changer de ligne, parce que sinon il va la lâcher dans le vide … Et que croira-t-on ? Que le joli corps « qui vole à travers le ciel » (S2,V1) est « un oiseau, un avion » (mais pas une femme), et au pire, on conclura … au suicide !!!

Autre parallèle: dans chacune des deux strophes, le sauveteur miraculeux made in Hollywood est aux abonnés absents. Le conducteur de train potentiellement salvateur de la S1 rêvasse à sa propre gloire imaginaire, celle de Casey Jones, héros mythique de la conquête de l'Ouest par le rail, et retournerait bien se pieuter. Dans la S2, Superman, qui d'ordinaire vole (littéralement) au secours des belles jeunes filles défenestrées, n'est pas en ville. Et quand bien même, Clark Kent (comme chacun sait le « vrai » nom de Superman, dans le civil) rêvasse lui aussi d'un ticket (vers le 7è ciel ?) avec sa douce Lois Lane.Aucun espoir de salut pour la victime, donc !!!

Après les deux « tortures » parallèles des S1 et S2, ellipse. Strophe 3. Changement de décor. Apparition de « Long Arm », 3è référence mythique US après Casey Jones et Clark Kent: Titre d'un film des 50s et concept culte renvoyant au superflic américain, pur et dur, le « long arm of the law », littéralement « bras long de la loi ».

Superflic fouine, superflic trouve, superflic met le narrateur-criminel à la question, à coups d'inculpations d'homicide et … des poucettes, petite technique aimable consistant à extorquer des aveux grâce à une vis serrant le pouce de plus en plus fort. C'est alors que le narrateur retrouve la mémoire et avoue … saisissant la perche tendue par le flic (qui parle d'homicide, murder in the third degree), pour évoquer finalement une crise cardiaque … Car c'est sans doute ainsi qu'est morte la belle, c'est à dire de trouille !!!! … ce que ne voulait pas le narrateur, qui comptait juste lui flanquer un peu les chocottes ...

Voilà ! Un texte évidemment ironique, qu'il ne faut surtout pas prendre « in the first degree », mais plutôt au troisième … C'est certes un humour grinçant, mais pas une apologie du meurtre ! Car au fond, le narrateur, s'il est un beau salaud, il faut bien le dire, n'en est pas moins touchant dans sa naïve quête d'amour (chorus), et puis il finit gros jean comme devant …

Mais au fait, le titre ? Hmmm … Pas de certitudes … Mais on pourrait le lire ainsi: la lune, c'est ce qu'on cherche à décrocher, le nec plus ultra … Qu'y a-t-il de plus proche de l'impossible ? Juste après, il y a elle, la bien-aimée, l'objet de tous les désirs, la deuxième plus belle chose au monde juste après la perfection. D'autres y verront une petite allusion sexuelle aux fesses, mais cette seconde interprétation rejoint finalement la première (la belle est l'objet de tous les désirs du narrateur).

Iangillan