Temoignages

"A Great Dose Of Rock & Roll"

091276.PNG

1976/12/09 - AUS, Canberra, Ginninderra High School Hall

"A Great Dose Of Rock & Roll"

Le soir où j’ai vu AC/DC

Canberra, milieu des années 70. Je suis allé à mon premier concert le dimanche 7 décembre 1975, j’avais 11 ans. La veille, ma sœur Ann avait gagné des tickets à la radio pour voir les Skyhooks au Frazer Park Speedway et, après négociation avec ma mère, elle a accepté que ma sœur m’accompagne.
Quand ma mère est allée récupérer les tickets à la radio 2CA, Shirley des Skyhooks était là et l’a saluée. « Crevettes » s’exclama Shirley en voyant les sandwiches préparés par ma mère pour notre déjeuner.

Nous n’étions jamais allés à un concert auparavant et nous ne savions pas du tout à quoi nous attendre. Ann et moi blaguions sur le fait que le nouveau groupe Ol’55 que nous avions vu à Countdown la semaine d’avant allait jouer leur reprise de Paul Anka « Diana » en boucle pendant des heures..
Avec environ 5000 autres personnes nous avons donc vu Skyhooks, Hush (avec une superbe version de Paperback Writer), Ol’55, John Paul Young et toute une tripotée de groupes locaux de la région de Canberra. Ma sœur ainée Jane aperçut même Bongo Starr et essaya de le suivre en montant sur les lumières. Nous avons réussi à faire signer notre book « Ego Is Not A Dirty Work » part les Hooks et une de mes soeurs a imité ensuite celle des deux autres groupes.. Et Ol’55 n’a même pas joué « Diana » !

En 1976 j’ai vraiment pris le virus pour la musique. J’économisais mon argent de poche pour acheter un ou deux disques par mois (en commençant par les Beatles et Ringo Starr mon préféré des Fab Four) et à 6.20 $ l’album entier, c’était encore faisable financièrement.
J’allais de temps en temps au Canberra Theatre pour voir des groupes en live quand j’en avais le budget, seul ou avec ma sœur Sara. Nous avons vu Chuck Berry, Dr Hook, Leo Slayer et même le Dudley Moore Trio (avec mon père). Je me souviens même une après midi être allé au cinéma pour voir a Hard Day’s Night et Help et rejoindre ensuite le Canberra Theatre pour revoir Skyhooks. Puis sauter dans le bus et retourner au lit à 22H30. Sans faire les devoirs du lendemain du haut de mes 11 ans..

176481_192279570803413_3446318_o.jpg 70964036_10157528844484328_1257984449140752384_n.jpg 19941_102910886406949_3592634_n.jpg

Countdown. AC/DC. Aussi loin que je me souvienne, au premier abord ils n’étaient pas différent de Skyhooks, Kiss ou The Sweet pour moi. Ils étaient populaires parmi les très jeunes comme moi, le public de Countdown. J’ai encore une photo que j’avais prise d’Angus et de son uniforme à la télé. J’ai acheté Dirty Deeds dès qu’il est sorti et Problem Child a immédiatement été ma chanson préférée car je m’y suis totalement identifié. C’était la première fois que j’avais ce sentiment. Et j’étais stupéfait par la manière dont la chanson recommençait alors même qu’elle semblait finie sur l’album. C’était la première fois que j’entendais ça. Et le son énorme des maracas !
J’ai lancé un Fanzine hebdomadaire appelé WAK (Wings, Ac/dc, Kiss) sans comprendre pourquoi le nom faisait rire les copains de ma soeur ainée*. J’ai acheté un livre de tablatures d’AC/DC (alors que je ne savais pas lire les tablatures) qui n’a finalement servi qu’à un camarade de classe pour nous faire chanter Jailbreak et TNT en version acoustique sous la tente pendant une classe verte. Ce camp a plutôt mal fini puisque je me suis fait fouetté par le maître saoul pour avoir participé au vol d’une radio dans le cabanon d’un fermier. J’ai gardé la cicatrice sur la cuisse pendant des années.

404905_330561436975225_219482435_n.jpgNous voilà en dernière semaine de cours. On est en décembre et il fait très chaud. AC/DC doivent venir à Canberra. Ils ne sont pas venus depuis pile un an et je n’avais pas eu la chance d’y aller à ce moment là. Je suis bien décidé à ne pas les louper cette fois-ci et puis j’ai dis à ma mère que c’était un peu comme la garderie d’après classe puisque ca se passait dans une école après tout. Je me suis rué chez Homecrafts (le seul magasin de disque de Canberra à l’époque) et j’ai eu les tickets. Ils coutaient 5.30 dollars. J’étais le premier puisque j’ai eu le ticket numéro 1. « A Great Dose of Rock’n’roll **» était-il marqué. Je me souviens très bien de cette semaine là. AC/DC était passé à Countdown pour jouer Dirty Deeds Done Dirt Cheap. Ils partageaient l’affiche avec Benny & the Jets.

Jeudi 9 Décembre. Tim, Nigel et moi rejoignons la Ginnindera High School. On retrouve déjà sur place une trentaine d’adolescents plus âgés que nous habillés en uniforme d’écoliers, jeans Levis gris. Je me sens tout petit, je suis un des plus jeunes dans la pièce. Ca se remplit doucement et nous sommes alors environ 200-300. La première partie arrive. Il s’agit de Punkz. Je les avais vus sur Countdown et ils n’ont clairement de Punk que le nom. La seule chose dont je me souviens c’est qu’ils ont repris « Smokin’ In The Boys Room »

Je me faufile jusqu’au premier rang, c’est mon premier concert de rock mais je me suis préparé. J’ai déjà enlevé mon t-shirt et suis déjà monté sur les épaules de Tim à donner des coups de poing dans l’air alors que Bon Scott débarque suivi par Angus jouant un solo d’une seule main (je n’avais jamais vu ça avant). Nous sommes vraiment très près d’eux.
19941_102910876406950_5731408_n.jpgBon porte seulement un jean et salue la foule. Mes copains s’amusent de me voir éclaboussé de leur crachat, transpiration et autre postillons. Le groupe entier les rejoint et défilent alors TNT, Jailbreak, Dirty Deeds, Rocker, Big Balls. Je suis sûr qu’Angus montra ses fesses car cela se retrouva dans la presse les jours suivants. La Ginnindera High School Hall se transforme alors en une récréation géante où tout un tas de gamins transpirants se déchainent sur une musique jouée très forte.

Pour être tout à fait honnête, je me souviens beaucoup plus de l’après concert que du concert lui même. Alors que nous attendions le groupe dehors, un gamin de 8 ou 9 commence à m’emmerder. Alors que je lui dis de dégager, le groupe débarque et nous le saluons. Nous nous en allons tranquillement mais le gamin revient alors vers nous accompagné d’une bande. Et ça dégénère..

Heureusement pour nous, nous avons été séparés par une maman qui attendait par là.

Je me souviendrai longtemps de cette soirée. Me faire d’abord rincer par le groupe au premier rang puis ensuite me faire botter le cul par un groupe de gars. Sans oublier mes oreilles qui sifflaient encore le lendemain matin !

*WAK se prononce comme whack ou wack signifiant « camelote / naze »

Témoignage : Nic Dalton
Photos : Raine

407319_330562596975109_733612006_n.jpg




Mises à jour
Discussions