Carnet de route US Leg 2(2009-2010)

Las Vegas - MGM Grand Arena - 9 Avril 2010 - review d'Arnukem

__What happens in Las Vegas.... does not always stay in Las Vegas.

Cela faisait un moment que nous l'évoquions entre amis, certes, un peu à la déconnade.. Seulement voilà, avec l'un en mission régulière à Los Angelès, et les autres dans l'aérien, voilà que je me retrouve à noël invité par mon frère à traverser l'Atlantique pour aller se frotter à la légendaire Vegas.

Aucun d'entre nous ne se marie pour autant non. Notre motivation commune? le NLTH, No Limit Texas Holdem, variante la plus répandue de ce qui est communément appelé Poker. Il est assez difficile de parler du jeu à des non initiés, mais voilà en gros ce qu'il faut savoir. Ce "jeu", avec lequel il est bien connu qu'une certaine distance est à garder, possède la particularité de rendre les conversations autour de lui totalement intarissables, pour la simple et bonne raison que la vérité absolue n'y existe pas. De très nombreux paramètres entrent dans le processus de décision et une main, une seule, peut prêter à une discussion de très très longues minutes. Bref, c'est un truc à se faire inviter à un diner le mercredi soir par un inconnu en à peine quelques minutes quoi...

Calendriers respectifs consultés, le choix se résume au premier ou deuxième Week-End d'Avril. Et comme ça n'importe à personne, je vote... en connaissance de cause pour le deuxième. C'est validé. Parfois le destin fait bien les choses.

Parfois moins. Gardant un œil quotidien sur ticketmaster.com, je suis conscient que des places sont encore à vendre pour le MGM et attends donc que nos vols et hôtels soient réservés pour prendre mon billet. Et, évidemment, la veille du booking, il en restait, le lendemain non. Classique. Je passe alors les quinze jours suivants à quotidiennement tenter une dizaine de refresh sur la page en question (je passe à l'occasion mon master en captcha) en vain. Sur ebay, ça s'envole. Parmi le réseau de fan, rien. Et le report du concert n'arrange rien. Mais miracle, un jour, j'accède à la page d'achat, me rue sur la validation et obtient le billet. Je suis mal placé, mais m'en branle. Mon neuvième concert du Black Ice tour m'attend à Sin City, en salle.

Nous décollons le jeudi 8 avril et 11H30 plus tard (en fait.. ça passe un peu plus lentement que ça), nous atterrissons à LAX. Première bonne nouvelle, nous avons gagné une bonne douzaine de degrés, ce qui prête à une conversation de salon de coiffure en bonne et due forme. Et oui, l'hiver a été long en Europe ma ptite dame. Nous devons faire un crochet par Manhattan Beach Bd pour récupérer le quatrième larron qui sort tout juste de l'hôpital après une grosse galère la veille. Ca commence bien.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Après ces 11h30 de vol, et deux heures de détours, nous avons la bonne idée de prendre la route pour Vegas. Soit, deux heures pour sortir de Los Angelès et quatre autres pour rejoindre la ville du Nevada, tout ça à 115km/H sur une ligne droite interminable. Ca fait 24 heures que nous sommes partis.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Nous arrivons au Flamingo, un nom qui résonne bien les années 50s, même si l'hôtel ne ressemble plus trop à ce qu'il était dans les années 50 avec ses 3600 chambres aujourd'hui. En tous cas, c'est kitsch mais pas glauque, et bien placé, pour un prix raisonnable. Nous sommes vraiment trop rincés et partons dormir.

flamingo.gif

Levé aux aurores, je parcours la portion nord du strip. Vegas ressemble à l'idée qu'on s'en fait. Remonter le strip ressemble à une étude géologique. On y lit l'historique des stigmates de la surenchère que la société de consommation peut engendrer. Si j'avais un conseil à donner aux personnes n'étant jamais allées à Vegas, ce serait de bien choisir leur hôtel. La frontière entre l'éblouissement d'un tel déballage et la glauquitude absolue n'est jamais bien loin. J'avoue avoir toujours détesté les casinos. J'éprouve une profonde peine à voir des gens dont la seule activité semble être de rester assis devant une machine à sous stupide, ce qui me semble être le degré zéro de l'épanouissement intellectuel. Parfois même, les habitués me semblent "physiquement" rattachés à la machine par l'élastique tendu entre leur jean et le fente de la carte de fidélité. C'est moche. Bref, Vegas est une ville dans laquelle il faut boire, mais pas trop.

ah Au fait, j'ai croisé Elvis, 7 fois. Chic Type











....Moins sexy que Marilyn cependant.

Vendredi, fin d'aprèm, je m'attaque alors à l'autre portion du Strip, celle allant vers le sud et me conduisant au MGM Grand. Je laisse le Bellagio sur la droite. Mythique, resplendissant, trônant là, il ne perd rien pour attendre, il est au programme. C'est avec le Wynn et le Venetian, le plus beau casino de Vegas. C'est aussi celui dans lequel trône la Bobby's Room, salle dans laquelle se joue les plus grosses parties de Poker du monde.

las-vegas-bellagio.jpg

Au fur et à mesure que je descends le Strip fleurissent les t-shirt d'AC/DC. Je m'aperçois que ce concert sera pour beaucoup une sortie familiale. Les grands classiques "américains" s'enchainent sur la chaussée, Planet Hollywood, M&M's Store, Harley Davidson café, Hard Rock Café & co, jusqu'au MGM Grand. Dans la série, gros hôtels, je demande le MGM Grand. 5000 chambres, du grand n'importe quoi. Je suis déçu de ne pas voir le logo du groupe affiché sur les écrans cependant.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

J'ignore qui est l'auteur de cette vidéo, mais elle illustre assez bien l'ambiance pré et post-concert.


J'arrive au MGM Grand vers 18H15, passe devant la Poker Room, qui me fait méchamment de l'oeil, et me renseigne pour savoir où est la will-call box. Straight this way Sir. Sans déconner, j'ai dû marcher entre 10 et 15 minutes. Dans la queue, je discute avec un gars et ses deux filles. Il les a vus à Fresno en 79 et nous en parlons. Dans le genre concert pas dégueu... Ca me rappelle à quel point j'aime Live Wire en opener tiens.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Je demande s'il y a une première partie et à quelle heure AC/DC joue: 21h. Il est 19h.. bon ben.... je reviens sur mes pas..

La Poker Room du MGM est chouette, le floor très pro, et comme partout aux USA, on est reçu avec politesse, respect, avec un grand sens du service. Troisième fois que je vais dans ce pays et j'en crois pas mes yeux parfois. Les serveurs, staffs, strangers dans la rue sont d'une politesse incroyable. J'ai tenu la porte à 9 personnes au Caesar Palace, les 9 m'ont dit merci. Ce qui devrait être un chiffre naturel me semble à moi, français, un fabuleux exploit. Bref, je me rends dans la poker room pour trois raisons. Un, j'ai envie de jouer. Deux, j'ai 1h30 à tuer. Trois, l'alcool est gratuit dans les casinos de vegas pour les joueurs (un pour-boire à la serveuse est plus que la bienvenue par contre). Mon frère m'apprendra plus tard qu'après avoir discuté avec des gars, le floor de la Poker Room, un français, Sebastien, serait un grand fan d'AC/DC? Quand mon frère m'en parle, ca me dit quelque chose, mais impossible de me rappeler..

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

1h30 plus tard, je ressors avec une grosse envie de pisser, de petits yeux et 277$ de profit. La soirée s'annonce plutôt bien. SP_A1578.jpg.

J'arrive donc aux chiottes et j'y entends "war machine" diffusée Je me dis que certes, j'ai un sacré matos, mais quand même... Je suis bien content de ne pas avoir capitalisé sur le fait de trouver un billet sur place. La demande est hallucinante.

La Grand Arena ressemble assez à Bercy. peut-être plus en longueur, moins en hauteur. Je suis dans la partie haute, à 11h pour Brian lorsqu'il regarde la scène. Le public est familial. Je ne me souviens pas avoir vu autant de femmes à un concert d'AC/DC. Les gens sont venus en famille. Beaucoup de personnes sont venus faire coup-double. Vegas + concert. Je croise beaucoup de canadiens par exemple. Le concert commence et je remarque d'entrée que je suis mal placé. Le son de la vidéo ne décolle pas. De plus, les murs de béton enfermant la salle ne rendent pas service au son.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Rock'n'roll train commence et me confirme tout celà. Généralement le balance se fait bien au milieu, mais là, je reste sur ma faim. Même Hell ain't a Bad place to be n'est pas aussi puissant que d'habitude. Le son me semble un peu étouffé, je ne prends pas assez d'aigus et le volume un poil plus faible que d'habitude. En fait, celà va être le cas jusqu'à Whole Lotta Rosie. Angus me semble très en forme, mordant. Je le vois attaquer très vite l'avancée. Il traine désormais une sacrée tignasse qui rappelle un peu les plus belles images de 84. Lorsqu'il récupère sa guitare après son strip-tease, je le vois même faire un geste digne des plus belles pubs L'oreal pour sortir ses cheveux coincés entre sa bandoulière et son cou. Brian, c'est simple, fera pour moi son meilleur concert de la tournée. Il me tarde d'écouter le bootleg, mais il a vraiment été l'auteur d'une grosse prestation. Je ne saurai précisément m'en rappeler mais il a pas mal agrémenté ses interprétations, je l'ai trouvé en forme, facile (comme sur Hell ain't a bad place to be par exemple), j'avoue qu'il m'a soufflé. Pour ses 30 ans au sein du groupe.. quelle prestation.. Malcolm lui, me parait extrèmement concentré, presque préoccupé. Je remarque que Cliff utilise une basse que je ne lui connais pas sur Hells Bells.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Je comprends très vite qu'il n'y aura aucune "surprise" mais je suis curieux d'entendre High Voltage. Alors oui, l'intro est raccourcie, oui, il n'y a pas de jeu avec le public sur les "high", Angus se rate un peu sur le début et on a tout le temps l'impression qu'il est à la traine sur l'entame de son solo, mais le chanson elle, ronronne du tonnerre. Je souhaite de tout coeur qu'on la retrouve en Europe. La puissance d'AC/DC y est concentrée, ça pousse très fort derrière Angus, c'est une véritable réussite. Le reste est assez classique. Je profite de TNT (saturation..) pour aller au merchandising ASSAILLI avant le concert, et c'est pareil pendant. J'y retrouve une queue impensable.. Plus tard dans le Week-end, je croiserai des dizaines et des dizaines de personnes revêtant des t-shirts Black Ice dans Vegas.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA non, ce n'est ni Jul' ni Loic31 sur la photo..

Le groupe déroule ensuite. J'aime toujours autant les premiers couplets et la dernière rentrée de Phil sur Let There Be Rock. J'aime toujours autant le solo de For Those About To Rock.. Le dernier coup de canon résonne, je regarde Phil qui lève le bras et salue le public. Bon concert ce soir, dans l'ambiance très particulière d'une ville très particulière.

Prochaine étape. Nice.


Angusette, parce qu'elle le vaut carrément bien. (quelles belles versions de The Jack sur cette tournée Black Ice.., un bonheur)
Réagissez sur le forum