Infos & Anecdotes

Les anecdotes suivantes ont été trouvées dans divers magazines, et ont été mixées par "DJ Yop" !

- DEUX REFUS
Vous constaterez dans le large répertoire d’AC/DC, que deux thémes ne sont jamais abordés : les ballades (genre que déteste ANGUS ! !) et les thèmes politiques, qui n’intéressent pas le Groupe. AC/DC a toujours refusé de se mêler à une quelconque action politique ou humanitaire par principe.
 
- UNE FAMILLE MUSICALE
Angus : « Dans ma famille , la musique était présente partout, certainement au fait que tous mes frères et sœurs jouaient de la musique, pratiquaient un instrument. La musique était toujours parfaitement bien considérée. Il y avait toujours une radio ou un tourne-disque qui marchait à la maison. Et notre père ne nous disait jamais « N’écoutes pas ceci ou cela ». Il pensait qu’il valait mieux qu’il y ait un maximum de musique autour de nous… »
 
- L’ACCIDENT DE BON
L’accident de moto de BON SCOTT fut extrêmement violent et sérieux. Il se cassa un bras, une jambe et le nez. Il eut de plus des lésions au visage assez importantes, et perdit quelques dents. Il resta dans le coma durant trois jours. A son arrivée a l’Hopital, donné pour mourant, son cœur fut miraculeusement « relancé » électriquement, par un médecin zélé. Il dut rester quatre semaines en chaise roulante, après son séjour hospitalier…
 
- LE COLLEGIEN
Angus : « Je ne porte ce costume que sur scène, parce que je me souviens que lorsque je répétais avec mon ancien groupe avant AC/DC, je portais déjà ce costume. Les répétitions avaient lieu juste après l’école. Par la suite, les personnes autour de moi , et même le public, se sont habitués a cette situation. Maintenant avec AC/DC, je le porte naturellement. J’adore porter un bermuda car comme ca, je cours sur scéne, je transpire pas mal. C’est plus pratique de porter un bermuda dans ces conditions ! ! »
 
- LE STYLE SACCADE D’ANGUS

Angus : « Je na sais pas comment l’expliquer, mais à la différence des autres guitaristes, qui parcourent de la main le manche de leur guitare, j’ai l’impression que chez moi, c’est mon corps entier qui se pose sur le manche ! Les autres piquent une note avec un doigt. Moi, je saute de tout mon corps sur cette note ! ! »

 
- VISA
Ironie du sort, le groupe eut quelques problèmes à son retour en AUSTRALIE. Alors qu’il venait d’effectuer la tournée de l’album « LET THERE BE ROCK » aux USA. En effet, le bassiste CLIFF WILLIAMS, anglais, venait juste d’être engagé. Arrivé en Australie avec le groupe, on constata qu’il ne possédait pas de visa !
 
- RETOUR DE FLAMME
Longtemps décrié par les critiques rock pour son manque d’imagination, AC/DC peut connaître de temps à autre les honneurs de la presse. Ainsi, Jim Washburn, du Los Angeles Times, en 1990 : « De plus en plus d’ex-groupes de hard ou de heavy, conseillés par les responsables marketing des maisons de disques, tentent maintenant de s’approprier un public féminin en donnant dans la ballade acoustique. Les fréres Young, eux, font toujours dans le rock dur sans concéssion avec le même Letmotiv : « Rocking all night ! »
 
- ANGUS ET LES GUITARISTES :
« Je n’ai pas vraiment été influencé par d’autres guitaristes. A la limite, j’ai plus tendance à écouter d’autres instruments. Je préfére presque le saxophone, ou la clarinette. Ce sont des instruments qui ne font pas d’esbrouffe. Ils vont au cœur de la musique. Je dois dire qui je n’écoute pas beaucoup d’autres musiques. En terme de Rock, j’adore le jeu de PETE TOWNSEND. Quand il balance les bras, il attaque vraiment sa guitare ! »
 
- ONZE POUR UN :
A un journaliste qui, un jour à déclaré : « AC/DC, c’est dix albums qui sonnent comme un seul », Angus Young répondit par voie de presse : « Il ment !, Nous avons déjà onze albums qui sonnent comme un seul ! ».
 
- ATTITUDE :
Angus : « Nous sommes nous-mêmes. Un point c’est tout. Tout le monde recherche le scandale, le sexe, la drogue.. Je pense qu’avec AC/DC, il s’agit de rock and roll.un point c’est tout !. Le sexe, on ne peut évidemment pas s’en passer, mais les drogues, je peux faire sans, merci ».
 
- BON ARRIVE AU CHANT :

« Je connaissais leur manager, mais je n’avais jamais vu le groupe avant. Leur manager me dit juste : « Reste ici !, je vais les chercher ». Au bout de deux minutes, ils arrivent, et je repère tout de suite ce petit bonhomme rigolo habillé en collegien, qui me semblait totalement fou. Je leur ai expliqué tout l’intérêt qu’ils avaient à se débarasser de leur guignol de chanteur : ils m’ont tout de suite donné l’occasion de chanter pour eux. Ce que j’ai fait ».

 

- HEAVY ET HARD :

Angus : J’ai toujours dit que le rock pouvait être dur et âpre. Sans être forcément heavy, doom ou gloom. Pour moi, tout ce cirque du heavy metal ressemble a une sorte de mauvaise série B d’horreur. Mais je pense que ca a été toujours le cas. Même quand j’ai débuté, tout le monde me parlait de Jimi Hendrix. Je disais alors : « Eh, les gars !, Chuck Berry sait aussi écrire une chanson ! ».
 

Suite


pages :
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11