Traductions

Page 17 :

« Il prenait nos morceaux les plus significatifs et les essayait sur un clavier en leur ajoutant une orchestration dans le genre de 10cc ou bien encore Mantovani. Si ça sonnait, alors le feu vert nous était donné et nous reprenions le morceau pour lui donner une ambiance encore plus graisseuse. »
Angus Young à propos de la technique de production de George Young , Newcastle, Novembre 1978 (NME, Novembre 1978)

« Les dettes te courent toujours après ! Un repas que tu as mangé l’année dernière ; un appel téléphonique à 10 francs que tu as donné l’année d’avant ! Ces compagnies de téléphone australiennes devraient faire dans les affaires avec le prêt « mortel »(1) J’achèterai une guitare, et quand je pourrai m’offrir tout ce que je veux, je me payerai une paire de chaussettes ! »
Angus Young à propos de l’époque des « vaches maigres » du groupe, Londres , Juillet 1979 (Sounds, Juillet 1979)
(1)Délicat de traduire fidèlement les propos d’Angus ! Mais l’idée principale évoquée ici repose surtout sur une rancœur vis à vis de ces gens qui réclame leur du, fut-ce t-il une somme modique !

-------------------------


Page 18 :

« As-tu de la sympathie pour les groupes Punks ?
Angus : Aucune.
Bon : C’est quoi un groupe punk ? Hey, y’a quelqu’un qui a une bière ici ? »
Angus Young, Bon Scott, Oakland 1979, (Record Review, USA, Juin 1981)


“Quand je suis sur scène, le sauvage qui est en moi est lâché. C’est comme retourner dans une caverne ! Ensuite, il me faut six heures pour redescendre sur terre. »
Angus Young, Mai 1979.

« Nous sommes un groupe de Rock. Nous sommes bruyants, voyous, sensationnels et mystérieux.
Angus Young, Mai 1979.


-------------------------

Page 21 :

“Je me souviens qu’une fois il avait manqué son avion à Detroit. Il avait suivi une nana qu’il avait rencontrée et s’était retrouvé dans un de ces ghettos « black ». Mais, ça, c’était typique de lui et c’est marrant d’en rire ».
Angus Young, Londres, Mars 1980, (Sounds)
Nb: pour info, cette anecdote à propos de Bon est reprise dans l’interview d’Angus et Malcolm diffusée sur RTL le 13 Novembre 1997 lors de la promo du coffret “Bonfire”.


« Il n’avait pas encore atteint son apogée ! »
Angus Young, Londres, Mars 1980, (Sounds)

-------------------------

Page 23 :

“C’est ce qui te fait tenir le coup! L’alcool, les nanas faciles(1), l’ivresse de la scène, la bouffe dégueulasse. Tout ça, c’est bon pour toi mec ! »
Bon Scott en tournée, USA 1978, (Circus, Janvier 1978)
(1) En fait, pour une meilleure approche de l’idée de Bon, le terme de « salope » serait mieux adapté !


« Je ne peux pas prononcer le moindre mot ! Il est bien trop tôt pour que je sois pleinement réveillé. »
Bon Scott sur Disco Music, USA , Juillet 1978. (The Good Times, Août 1978)

“Je n’ai jamais eu le moindre message de toute ma vie! A part peut-être pour m’indiquer le numéro de ma chambre ».
Bon Scott, USA Juillet 1978, (The Good Times, Août 1978)


“Je suis sur la route depuis quinze ans et je n’ai pas l’intention d’arrêter ! On rencontre des tas de gens, on boit des tas de trucs et on se fend la gueule ».
Bon Scott, Glasgow 1979, (Best, Décembre 1979)

-------------------------

Page 25 :

« Au début, lorsque l’on a formé le groupe, tu mettais la radio et tout ce que tu entendais n’était rien d’autre que de la guimauve ! On s’est dit que l’on pouvait faire un morceau uniquement pour ce qu’il valait : sans riches harmonies ; sans orchestrations qui seraient censées faire sonner le morceau d’une meilleure façon. On voulait mettre sur disque ce que l’on faisait sur scène ».
Angus Young, Atlanta, Mai 1979, (Atlanta Gazette, Mai 1979)


“C’est juste du Rock’n’Roll. Pas mal de fois, on a été critiqué pour ça ! Certains magazines nous ont attaqué en déclarant « Mais quand est-ce qu’ils vont arrêter de toujours jouer ces trois même accords ? » S’ils pensent que nous ne devrions pas jouer ces trois accords c’est franchement crétin de leur part ! Pour nous, la chanson la plus simple est la meilleure parce qu’ elle ressemble à l’homme de la rue ! »
Angus Young, Atlanta, Mai 1979, (Atlanta Gazette, Mai 1979)


-------------------------


Page 31 :

“J’en ai marre de lire constamment des conneries ! J’espère que tu vas imprimer LA vérité ».
Malcolm Young à un journaliste de NME, Novembre 1978, (NME, Novembre 1978)

-------------------------

Suite